octobre 2016

Translate All The Site Into The Language(Tongue) Of Your Choice

Vous Appréciez Ce Site ?                                     La chasse est ouverte !!!!

Contribué a son évolutions en faisant un don Merci*




 


Mardi 4 octobre 2016 Noix, amandes et noisettes, des atouts coeur

Les noix sont de véritables concentrés d’énergie. En plus d’être savoureuses, elles se révèlent être de puissants antioxydants et aideraient ainsi à prévenir les maladies cardiovasculaires et certains cancers.
Amandes, noix du Brésil, noix de cajou, noix de macadamia, noix de pécan, pistaches, noisettes… Les fruits à coque sont consommés partout dans le monde et ils sont aussi savoureux que leur utilisation est variée. Souvent boudées parce qu’elles sont grasses et parce qu’elles peuvent causer des allergies, les noix devraient pourtant être intégrées dans notre alimentation car elles sont un véritable atout santé.
Noix, noisettes, amandes et tutti quanti : que se cache-t-il sous les coques ?

Dans le langage commun, on emploie volontiers le terme de noix pour désigner toute la famille des fruits à coque ou fruits à écales, dans laquelle on retrouve les noix, fruits du noyer, mais aussi :

les fruits secs akènes ou indéhiscents : noisette, noix de cajou…
les drupes : noix, amande, pistache…
les gousses : arachide, cacahuète…
Amandes, noix, noisettes, pistaches… : mettre tous ces fruits au menu tous les jours a des effets très bénéfiques reconnus pour la santé : baisse du risque de mortalité, du risque de cancer du pancréas, amélioration nutritionnelle.

Ces fruits ont pour point commun d’être riches en graisses mono et poly-insaturées, ce qui fait d’eux des aliments perçus comme presque “interdits” pour beaucoup car ils sont caloriques, mais à tort ! Il s’agit là de “bon gras”, celui qui permet de diminuer le taux de cholestérol. Et comme les fruits à coque sont riches en fibres, une petite poignée suffit à contenter son appétit.
En moyenne, 85 % des matières grasses des fruits à coque sont non saturées.

Les fruits à coque contiennent également des protéines, des fibres, des vitamines, des minéraux : calcium, magnésium, phosphore et potassium, et des oligo-éléments : zinc, cuivre.
Les noix contiennent de la vitamine E, un antioxydant puissant combattant les radicaux libres responsables de l’oxydation des cellules. Elles renferment aussi des stérols végétaux (ou phytostérols) qui réduisent eux-aussi le taux de cholestérol.

Plusieurs études mettent en avant qu’une consommation régulière de fruits à coque a des bienfaits sur la santé :

diminution du taux de mauvais cholestérol ;
diminution du risque de maladies cardiovasculaires ;
diminution du diabète de type 2 ;
diminution du risque de calculs biliaires ;
diminution du risque de certains cancers, et notamment du cancer du côlon chez les femmes.

Toutes ces vertus en inciteront plus d’un à intégrer les fruits à coque dans son alimentation, sans en abuser bien sûr. Attention toutefois : les noix constituent l’une des principales sources d’allergie alimentaire, au même titre que le lait, les oeufs, le soja, les crustacés ou encore les fruits et le blé.

Fruits à coque et allergie : la vigilance est de mise

L’allergie aux fruits à coque se déclare souvent dès le plus jeune âge et peut être extrêmement dangereuse à l’âge adulte. Ces fruits contiennent en effet des allergènes, et principalement de l’albumine 2 S et la viciline.

Dans les formes modérées d’allergie, les noix peuvent entraîner des rougeurs, maux de tête ou gonflement des lèvres ou de la langue. Mais la réaction allergique peut être beaucoup plus violente et entraîner un choc anaphylactique.

Le saviez-vous ?
Lorsque vous achetez des fruits à coque entiers, veillez à ce que les coques soient propres et surtout sans fissures. Une fois décortiqués, ils doivent être de taille et de couleur homogène.
Où acheter des noix de qualité, bio, en vrac ?

Vous pouvez bien sûr en trouver en Biocoop, mais c’est très cher. Sinon consoGlobe.com vous recommande la gamme des noix de Il était une noix, qui propose des noix en vrac et qui sont bio.
Ces précautions étant prises, faisons un tour d’horizon des noix avec en premier lieu : la noix de Grenoble

30 g de fruits à coque par jour font moins grossir

De récentes études * en apportent de nouveaux : les mangeurs de fruits à coque ont moins d’obésité et de maladies associées (hypercholestérolémie, diabète, hypertension, etc.).

Les portions recommandées sont celles du régime méditerranéen – qui inclut les fruits à coque : 30g/jour. Ils contiennent 15 nutriments essentiels, des graisses insaturées bonnes pour le coeur et des fibres pour une sensation de satiété satisfaisante. Petits mais costauds, les fruits à coque !

Mardi 4 Octobre 2016 23 PERSONNES PLACÉES SOUS SURVEILLANCE APRÈS UN CAS DE MÉNINGITE EN FRANCE

Plusieurs personnes ont dû être placées sous traitement à la suite d'un cas de méningite contagieux déclaré dans un département français samedi 1 er octobre.

Dans la nuit du vendredi 30 au samedi 1er octobre, un bébé âgé de 10 mois a été admis à l'hôpital La Timone à Marseille (Bouche-du-Rhône), selon le journal local La Provence . Transféré en réanimation, les médecins auraient statué sur un cas de méningite à méningocoque c'est-à-dire contagieux.


23 personnes placées sous traitement préventif

Pas mesure de sécurité les 23 personnes ayant été en contact avec le nourrisson ont été placées sous traitement antibiotique. Pour l'instant aucune information supplémentaire n'ont été communiquées sur l'état actuel de santé du bébé.
Les symptômes de la méningite

Les signes cliniques sont : maux de tête tenaces, vomissements ou nausées, fièvre, et raideur dans la nuque (impossibilité de rentrer son menton jusqu’à toucher son cou). Il y a aussi des signes neurologiques : convulsions, crise d’épilepsie, coma. Enfin, les signes cutanés : petites tâches rouges sang cramoisi (qu’on appelle le purpura car il ne s’efface pas à la vitropression et c’est un signe pathognomonique).

Mardi 4 Octobre 2016 L’ingrédient fatal des M&M’s français

Pour mieux fixer la couleur extérieure, l’enrobage blanc sucré des M&M’s français contient également un colorant blanc, le dioxyde de titane E171.

Depuis longtemps, on sait que le E171 est probablement cancérogène pour l’homme.

Mais ces dernières années, on est passé à du dioxyde de titane en nanoparticules invisibles à l’œil nu – une vraie cochonnerie. On n’en retrouve pas seulement dans les M&M’s. Il y a aussi les chewing-gums, le hachis Parmentier, les dentifrices et les crèmes solaires.

Ces nanoparticules minuscules déjouent tous les filtres et barrières de notre corps : les poumons, le foie, la peau… Elles se propagent partout, y compris dans votre cerveau [12].

Les nanoparticules peuvent casser l’hélice de votre ADN [13], contribuant à la mort de vos cellules et provoquant des inflammations des poumons, de la bouche et des intestins [14].

D’après certaines études, appliquer une crème solaire au dioxyde de titane sur un coup de soleil accélère le vieillissement de la peau et favorise l’apparition d’un cancer de la peau.

Malgré tout, les autorités sanitaires estiment que les nanoparticules de dioxyde de titane sont sans danger.

Pour vous donner une idée, beaucoup s’amusent à récupérer le dioxyde de titane des M&M’s [15] pour fabriquer… des panneaux solaires [16] !

C’est très sérieux…

…et ça n’augure rien de bon, si vous me demandez mon avis.
Le danger est-il réel ?

La quantité de colorant dans chaque dragée M&M’s reste assez faible.

Pour chaque colorant, la dose journalière maximale conseillée est de l’ordre de 5 mg par kilo, soit 350 mg pour un adulte de 70 kilos.

Le problème est que les colorants sont absolument partout, et surtout là où on ne s’y attend pas : le pain, le poisson fumé, la charcuterie, les cornichons, les croûtes de fromage, les fruits en sirop.

Donc, les doses se cumulent. Et il faut admettre que les scientifiques sont dépassés par la complexité des effets « cocktail ».

Voilà pourquoi il vaut mieux éviter les additifs par précaution.
C’est toujours la même histoire

Des dangers alimentaires et sanitaires, comme le dioxyde de titane, les scientifiques en découvrent tous les jours.

Il se passe de nombreuses années avant que le grand public en soit informé. D’habitude, il faut qu’une personne connue s’empare du sujet pour que les grands médias relaient enfin l’information.

Ce système nous fait perdre des années précieuses.

Pour y remédier, nous éditons une revue qui vous informe des scandales à venir dès que les premières recherches paraissent.

Mardi 4 Octobre 2016 Circuit-court : des agriculteurs français lancent leur marque de lait

Face à la crise qui agite l’agriculture laitière, une nouvelle marque de lait s’installe dans les rayons de certains supermarchés de l’ouest de la France. “En direct des éleveurs” est l’union d’une trentaine d’agriculteurs français qui vendent leur lait en circuit-court.

Industrialisation intensive, chute des prix sur le marché européen, réduction des subventions, les producteurs laitiers sont asphyxiés. Le prix moyen payé aux producteurs devrait se situer en moyenne, cette année, autour de 27 centimes le litre alors qu'il en faudrait 35 pour que les producteurs vivent de leur métier. Face à la crise laitière, un collectif d’agriculteurs bovins dans l’ouest de la France a décidé de lancer la production de son propre lait “En direct des éleveurs” et de le vendre en circuit-court.
"Produire, transformer et vendre, elles-mêmes !“ c’est le slogan de la nouvelle marque de lait “En direct des éleveurs". Originaires des Pays de la Loire et du Poitou-Charentes, ces agriculteurs ont un but commun : produire le lait le plus qualitatif possible et le vendre à un prix juste en circuit-court. La marque regroupe 9 exploitations laitières qui souhaitent avoir le moins d’intermédiaires possibles entre le producteur et le consommateur. Pour gagner en indépendance, vendre localement et au prix juste, ces producteurs ont ouvert fin août leur propre laiterie, à Remouillé (sud de la Loire-Atlantique), notamment grâce à un million d’euros definancement participatif. Ils ont déjà embauché sept salariés.

Collecté et conditionné dans leurs propres fermes, ce lait est ensuite commercialisé dans la région où il est produit sans passer par les coopératives habituelles. Une traçabilité simple et rentable qui permet de vendre le litre de lait à moindre coût (0.94€) dans une centaine de supermarchés à l’ouest de la France. Depuis le début de semaine, les chiffres de ventes sont encourageants et les magasins se retrouvent déjà en rupture de stock. Une fierté pour cette petite communauté qui mise sur la transparence de la production locale.
Un lait de qualité made in France
Labellisé “Bleu Blanc Coeur”, ce lait provient de vaches nourries avec des végétaux de qualité (herbe, graines de lin, luzerne) et garanti sans huile de palme, ni OGM. Mais, ce qui le différencie des autres, c’est sa traçabilité. Les consommateurs peuvent connaître l’origine du produit qu’ils achètent en supermarché et bénéficier d’un lait qualitatif, dont les conditions de production se veulent respectueuses de l’environnement et du bien-être animal. Autre point positif, la brique de lait est remplacée par une poche hermétique et recyclable.

La démarche de cette nouvelle marque de lait repose avant tout sur l’union solidaire de ces producteurs laitiers. Face à la crise économique et le marché européen du lait, ces derniers ont souhaité se différencier par leur production à petite échelle. Un projet qui permet de revaloriser le secteur agricole et de redonner espoir aux producteurs d’une rémunération plus juste. Portés par ce départ fructueux, les producteurs envisagent déjà des nouveautés : la fabrication de lait biologique et de beurre de baratte.

Lundi 3 octobre 2016 L’Europe va connaître l’hiver le plus froid depuis 100 ans

Selon les prévisionnistes, l’hiver 2016-17 en Europe sera le plus froid depuis les 100 dernières années. Des masses d’air arctiques arriveront dans quelques mois déjà et le soleil ne se pointera à l’horizon que très rarement. Quel est le niveau de probabilité de ces prévisions, les spécialistes promettent de les vérifier dans les semaines à venir, lorsqu’ils posséderont de nouvelles données.

Les spécialistes européens estiment que les habitants de l’Ancien Monde devraient d’ores et déjà faire provision de pulls et de vestes chaudes. Le météorologue allemand Dominik Jung a déclaré que la saison hivernale 2017 promet d’être anormalement froide. Le spécialiste dit qu’il « grelotte » rien qu’en regardant les cartes et les modèles établis par le Service météorologique national. Selon lui, les températures les plus basses seront enregistrées durant les mois de janvier et de février.

Il ne faut pas s’attendre à un dégel de printemps, même en mars : les Européens devront attendre le mois d’avril pour pouvoir se réchauffer sous les rayons du soleil.

Le météorologue Joe Bastardi, du service météorologique AccuWeather, partage l’avis de son collègue. Il pose également un diagnostic peu réjouissant en disant qu’« il va faire très froid ». Ses prévisions reposent sur le fait que le prochain hiver sera marqué par l’arrivée de masses d’air arctique qui se déplaceront au-dessus de l’Europe. La diminution de l’activité solaire durant cette période accentuera la chute des températures qui seront encore plus basses.

Elena Volosiouk, spécialiste du centre météorologique Fobos, note que le Système solaire connaît aussi des changements de saisons.

« Ce phénomène est lié tout d’abord à la perturbation de la circulation des masses d’air. Lorsque l’air souffle de l’océan Atlantique, l’hiver est alors assez doux et est marqué par des dégels récurrents et une neige mouillée. Rappelez-vous les derniers hivers : les dégels n’ont pratiquement jamais eu lieu. Nous n’avons eu que des cyclones venant du Sud, qui ont provoqué des chutes et des tempêtes de neige. Et puis, le froid arctique est arrivé.
Habituellement, le changement des formes de circulation est lié à l’activité solaire. Aujourd’hui, nous somme confrontés à une période de diminution locale de la température, mais il est prématuré de parler de refroidissement global et de « période glaciaire. »

Source : http://topastuces.net

Lundi 3 Octobre 2016 La Californie en alerte : une série de petits tremblements de terre a été enregistrée, près de la faille de San Andreas

Séismes en Californie : le « Big One » est-il imminent ?



En raison d'une série de séismes près de la faille de San Andreas, les Californiens redoutent cette semaine l'imminence du « Big One », nom donné à cet énorme tremblement de terre dévastateur attendu d'ici 2032 sur la côte Ouest américaine.

La Californie est en alerte : une série de petits tremblements de terre a été enregistrée cette semaine, près de la faille de San Andreas. Quelque 200 mini-séismes de magnitude 1,4 à 4,3 sur l'échelle de Richter ont été relevés, dans une zone située à 2 heures de Los Angeles et à moins de 10 km de la faille, près de la frontière mexicaine au niveau du lac Salton Sea.

Selon les experts, ces séismes pourraient en déclencher un beaucoup plus violent : le tant redouté "Big One".

Ce n'est cependant pas la première fois que ce type d'activité sismique inhabituelle est observée par les scientifiques dans cette zone. Cela avait déjà été le cas en 2001 et 2009, sans qu'il y ait eu d'autres conséquences.

Le dernier grand tremblement de terre sur la côte Ouest américaine a été provoqué par un mouvement le long de la faille de San Andreas, en 1906. Ce phénomène se reproduirait périodiquement, tous les 100 ans environ avec une probabilité de 62 % qu'il se produise avant 2032...

Dimanche 2 octobre 2016 79 % des Français souhaitent l'interdiction de la chasse le dimanche

Alors que la saison de chasse bat son plein, un nouveau sondage montre le ras-le-bol des Français pour ce 'loisir' dangereux et exclusif des autres activités de plein air. Le dimanche, jour emblématique du repos et des sorties nature est monopolisé par les chasseurs.

En France, moins d'un million de chasseurs (environ 1,5% de la population) s'approprient pendant plusieurs mois, les espaces "naturels" pour pratiquer un loisir sordide, malsain et souvent inutile : tuer des animaux "sauvages", et involontairement des promeneurs malchanceux. Pourtant, plus de 15 millions de randonneurs, 2 millions de cavaliers, auxquels il faut ajouter les simples promeneurs, cueilleurs de champignons, amateurs de photographie nature, sportifs... Sont pris en otage par une activité dangereuse, meurtrière et bruyante qui les empêchent de profiter de la nature notamment le dimanche.

"Le sentiment d'insécurité des usagers de la nature n'est pas exagéré : il n'existe aucun contrôle médical ou alcoolémique des chasseurs en France, alors qu'ils utilisent des armes pouvant tuer à 3 kilomètres" précise le RAssemblement pour une France sans Chasse (RAC), une association de Loi 1901 qui lutte contre la chasse et le piégeage en France.

Ainsi, "avec près de 150 accidents de chasse chaque année, la France détient le record européen du plus grand nombre d'accidents. Et il y a 7 fois plus d'accidents de chasse le dimanche, jour où la nature est très fréquentée. La chasse crée un climat d'insécurité qui perturbe la pratique des autres sports et loisirs de plein air. Les détonations, cris, aboiements, allées-venues des 4x4, empêchent de profiter pleinement de la nature. S'ajoutent également les panneaux « Danger – Chasse en cours – Tir à balles » aux abords des zones chassées, qui contraignent à renoncer à son activité en faisant prudemment demi-tour."s'indigne le Collectif pour le Dimanche sans chasse.

Selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), 146 accidents de chasse ont été relevés entre le 1er juin 2015 et le 31 mai 2016 dont 83 % ont concerné des chasseurs. 10 morts sont à déplorer dont 2 non-chasseurs.
"Le nombre d’accidents mortels reste toutefois en baisse continue depuis près de 20 ans et atteint le niveau le plus bas jamais enregistré", précise l'ONCFS dans son dernier bilan
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4400-interdiction-chasse-dimanche

La chasse omniprésente en France

Rappelons qu'en France, la chasse est autorisée les 7 jours de la semaine en période de chasse, alors que dans la quasi-totalité des autres pays d'Europe de l'Ouest, il y a des jours sans chasse, souvent le dimanche.

En période de chasse, comme en Charente Maritime, les tirs peuvent être entendus toutes les deux secondes en moyenne pendant presque toute la journée. Une charentaise maritime nous a expliqué que les relations avec les chasseurs (de gibier d'eau) étaient "tendues" car ils sont "très agressifs" et ne respectent pas la législation sur la fin de la période de chasse.
Dans les forêts très fréquentées du sud des Yvelines, les tirs se font entendre régulièrement sans que l'on sache d'où ils viennent, ajoutant du stress à une promenade familiale dont l'objectif était la détente.
Résultat : de plus en plus de promeneurs portent des gilets fluorescent pour être vus de loin..

Il n'est donc pas étonnant que 79 % des Français soient favorables à l'arrêt de la chasse le dimanche, selon un sondage mené par l'IFOP du 4 au 7 janvier 2016. 55 % y sont même très favorables, tandis que seulement 7 % y sont très défavorables. Enseignement intéressant de cette étude, 81 % des Français résidant en ville soutiennent l'arrêt de la chasse le dimanche, ce taux reste également très élevé en milieu rural où il atteint 75 %.

En outre, rappelons qu'un sondage notre-planete.info de novembre 2011 montrait que 66,5 % des internautes étaient contre la chasse.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4400-interdiction-chasse-dimanche

Dimanche 2 Octobre 2016 Consommer de la viande est cancérogène pour l'Homme

Le Centre international de Recherche sur le Cancer vient d'évaluer la cancérogénicité de la consommation de la viande rouge et de la viande transformée en charcuterie. Leurs résultats confirment ce que de nombreuses études avaient déjà établie : la consommation de viande est cancérigène.

Le verdict, attendu, du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), l'agence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) spécialisée sur le cancer, est tombé : la consommation de la viande rouge et de la viande transformée ne sont pas seulement néfastes directement pour la santé (maladies cardio-vasculaires, hypercholestérolémie, obésité, hypertension, ostéoporose, diabète de type 2, altération des fonctions cognitives, calculs biliaires, polyarthrite rhumatoïde...) mais peuvent aussi induire l'apparition de cancer.
Ces conclusions sont basées sur l'examen de plus de 800 études qui portent sur l'association entre plus d'une douzaine de types de cancers différents et la consommation de viande rouge ou de viande transformée dans de nombreux pays et populations aux habitudes alimentaires diverses. Les indications les plus influentes sur l'issue de cette évaluation provenaient de grandes études de cohortes prospectives menées au cours des 20 dernières années.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_4364.php


La viande est probablement cancérogène pour l'Homme

"Après avoir soigneusement examiné la littérature scientifique accumulée, un Groupe de travail de 22 experts venus de 10 pays différents, réuni par le Programme des Monographies du CIRC, a classé la consommation de la viande comme probablement cancérogène pour l'homme (Groupe 2A[1]), sur la base d'indications limitées selon lesquelles la consommation de viande rouge induit le cancer chez l'homme, soutenues par de fortes indications d'ordre mécanistique militant en faveur d'un effet cancérogène." a déclaré le CIRC dans son communiqué.

La viande dite "rouge", c'est à dire tous les types de viande[2] issus des tissus musculaires de mammifères comme le boeuf, le veau, le porc, l'agneau, le mouton, le cheval et la chèvre, entre ainsi dans la catégorie des agents cancérogènes qui ont montré une incidence certaine chez les animaux et limitée[3] chez l'Homme, au même titre que 68 autres agents dont l'herbicide le plus vendu au monde : le glyphosate (Round Up).

Ainsi, la viande rouge favorise l'apparition du cancer colorectal, mais d'autres associations ont également été observées pour les cancers du pancréas et de la prostate.

En cause : le fer héminique présent dans la viande, facilement absorbé par notre organisme mais qui pourrait causer à terme "initier la carcinogenèse via la peroxydation lipidique" indique une étude du laboratoire de Toxicologie Alimentaire de l'INRA menée en collaboration avec l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse et l'université de Reading en Angleterre. Une piste souvent évoquée, y compris par le CIRC mais qui ne la confirme pas encore.
La viande transformée est cancérogène pour l'Homme

Les produits carnés transformés (ou viande transformée) font référence à la viande qui a été transformée par salaison, maturation, fermentation, fumaison ou d'autres processus mis en oeuvre pour rehausser sa saveur ou améliorer sa conservation. Il s'agit ainsi principalement de la charcuterie : saucisson, rillettes, saucisses, lardons, bacon, jambon, pepperoni, salami, lanières de boeuf séché, foie gras mais aussi toutes les viandes présentes dans les plats préparés comme les pizzas, lasagnes ou raviolis. La plupart des viandes transformées contiennent du porc ou du boeuf, mais elles peuvent également contenir d'autres viandes rouges, de la volaille, des abats ou des sous-produits carnés comme le sang.

Or, les viandes transformées sont pratiquement tout le temps fabriquées avec un ingrédient cancérogène : le nitrate de sodium (ou salpêtre du Chili). Celui-ci est principalement utilisé comme un colorant alimentaire (E250, E251) qui fait croire que la viande est fraîche et la conserve. Or, le nitrate de sodium se combine avec les protéines de la viande pour donner des nitrosamines, hautement cancérigènes.

Autre additif alimentaire ajouté : le glutamate monosodique ou glutamate de sodium (E 621). Présent dans de nombreux produits de viande transformés, il serait lié à des troubles neurologiques tels que la migraine, la maladie d'Alzheimer, la perte de contrôle de l'appétit, l'obésité...

Le CIRC a donc classé la viande transformée comme cancérogène pour l'homme (Groupe 1, le risque le plus élevé qui comprend 114 agents comme le tabagisme), sur la base d'indications suffisantes selon lesquelles la consommation de viande transformée provoque le cancer colorectal chez l'Homme. Si la dose ne fait pas toujours le poison, ici, "chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée quotidiennement accroît le risque de cancer colorectal de 18 %" indiquent les experts du CIRC.

Soulignons qu'en moyenne, un Français mange près de 89 kg de viande par an (contre 81,9 kg en moyenne dans l'Union européenne), soit plus de 240 g par jour : c'est l'équivalent de plus de 6 tranches de jambon. En admettant que 200 g sur 240 g soient issus de viande transformée, le risque d'apparition d'un cancer colorectal est donc potentiellement augmenté de 72 % pour un Français !

"Pour un individu, le risque de développer un cancer colorectal en raison de sa consommation de viande transformée reste faible, mais ce risque augmente avec la quantité de viande consommée", explique le Dr Kurt Straif, Chef du Programme des Monographies du CIRC. "Compte tenu du grand nombre de personnes qui consomment de la viande transformée, l'impact mondial sur l'incidence du cancer revêt une importance de santé publique." ajoute-t-il.

Cette nouvelle n'est guère étonnante puisqu'en France, lorsqu'un patient est admis à l'hôpital pour un cancer, il doit remplir une feuille de renseignement où il lui est demandé si il fume, boit et si il mange régulièrement de la charcuterie...
Des dizaines de milliers de morts par an

Si il est toujours assez difficile d'imputer une mortalité par cancer au régime alimentaire, le Global Burden of Disease (GBD) Project, organisme de recherche universitaire indépendant, estime à 34 000 le nombre de décès par cancer et par an à cause d'une alimentation riche en viandes transformées.
Concernant la consommation de viande rouge, le projet GBD estime le nombre de mortalité prématurée par cancer à 50 000 par an, même si le CIRC reste prudent sur ces chiffres.

Au total, la consommation de viande entraînerait la mort par cancer de 84 000 personnes par an et dans le monde, à comparer aux :

200 000 morts par cancer à cause de la pollution atmosphérique
600 000 morts par cancer à cause de la consommation d'alcool
1 million de morts par cancer à cause du tabagisme

La seule solution : arrêter de manger de la viande

On s'en doutait, les professionnels de la boucherie dédramatisent les conclusions du CIRC, comme l'illustre le communiqué du Centre d'Information sur la Viande qui se noie dans des explications bancales en laissant croire que le doute subsiste, de la même manière que les professionnels du tabac opèrent depuis des décennies pour poursuivre leur business sur la mort. Nous vous laissons juge de la pertinence scientifique de l'analyse d'un lobby de l'industrie agroalimentaire face à une structure indépendante, reconnue mondialement, et qui n'a pas de conflit d'intérêt[5].

En outre, contrairement aux déclarations contradictoires et intéressées du ministre de l'agriculture, M Le Foll qui affirmait le 26 octobre 2015 sur M6, "c'est en matière de nutrition quelque chose de nécessaire", consommer de la viande, aujourd'hui en France, n'est absolument pas nécessaire pour être en bonne santé. C'est même tout l'inverse : consommer de la viande ne peut qu'affecter notre santé. Toutes les ressources nécessaires à notre organisme, qui n'est absolument pas adapté à manger autant de viande, se trouvent dans les végétaux et donc dans une alimentation de fruits et légumes variés, comme nous le rappelle l'Association Végétarienne de France dans cette interview que nous avons réalisée à l'occasion du festival Alternatiba :
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_4364.php

Dimanche 2 Octobre 2016  Carrefour des citoyens, association de l'Isle sur la Sorgue avait programmé en relation avec le collectif Stop Tafta Vaucluse et le comité Sorgue et Calavon d'Attac 

Lundi dernier, le 26 septembre 2016, Carrefour des citoyens, association de l'Isle sur la Sorgue avait programmé en relation avec le collectif Stop Tafta Vaucluse et le comité Sorgue et Calavon d'Attac une réunion d'information sur les traités de Libre échange en général et particulièrement sur les ravages qu'ont fait l'Aléna chez les paysans Mexicains. Voir ci dessous l'excellent article de Jean-Pierre Paulais pour le journal La Provence.

Rendez vous le 15 octobre partout en France et à Aix en Provence pour la Région PACA pour les différents rassemblements contre le CETA et le TAFTA (Voir affiches à télécharger ci dessous en cliquant dessus)

Jean-Luc

Dimanche 2 Octobre 2016 Si vous connaissez quelqu’un qui envisage un vaccin contre la grippe cette année, montrez-lui ceci !!

Le verdict est tombé sur le vaccin contre la grippe. De nombreux experts médicaux reconnaissent maintenant qu’il est plus important pour vous et votre famille de vous protéger du vaccin contre la grippe que de la grippe elle-même.



Chaque année, l’industrie pharmaceutique, les experts médicaux et les médias grand public travaillent dur pour nous convaincre de nous faire vacciner contre la grippe.

Mais on ne nous dit pas toute l’histoire.

Ce que nous n’entendons pas, ce sont les cas d’effets indésirables ou les produits chimiques toxiques que l’on nous injecte.


11 raisons pour lesquelles les vaccins contre la grippe sont plus dangereux qu’une grippe
1. En fait le vaccin contre la grippe rend malade pour commencer

Avez-vous déjà remarqué comment les enfants vaccinés tombaient malades, presque immédiatement après une vaccination? C’est parce que le virus de la grippe est introduit dans le corps. Alors plutôt que de vacciner, le vaccin contre la grippe sensibilise seulement le corps contre le virus. Et le fait qu’il rende des personnes malades après la vaccination indique une immunosuppression (suppression médicale du système immunitaire).
2. Les vaccins antigrippaux contiennent d’autres ingrédients dangereux tels que le mercure

L’industrie pharmaceutique, les experts médicaux et les grands médias sont sincères en nous disant que les vaccins contre la grippe contiennent des souches du virus de la grippe. Ce qu’ils sont moins susceptibles de nous révéler, c’est la longue liste des autres ingrédients qui viennent avec le vaccin. On sait désormais que les vaccins contre la grippe contiennent du mercure, un métal lourd connu pour être dangereux pour la santé humaine. La toxicité du mercure peut causer la dépression, perte de mémoire, maladies cardiovasculaires, problèmes respiratoires, problèmes de santé bucco-dentaire, déséquilibres digestifs et d’autres problèmes de santé graves.
3. Le vaccin contre la grippe peut causer la maladie d’Alzheimer

Maintenant, des preuves indiquent que les vaccins contre la grippe peuvent causer la maladie d’Alzheimer. Des recherches menées par le Dr Hugh Fudenberg, spécialiste en immunologie, montrent que ceux qui font régulièrement le vaccin contre la grippe augmentent leur risque d’avoir la maladie d’Alzheimer par 10. Il croit que cela est dû à la combinaison toxique de l’aluminium et du mercure dans le vaccin. En outre, le fait de le faire à une personne âgée (qui avec l’âge va naturellement avoir un système immunitaire plus faible) ne fera qu’augmenter ses chances d’avoir cette maladie.
4. Les mêmes personnes qui poussent à se faire vacciner contre la grippe se font des milliards de dollars chaque année

En Août 1999, le Comité sur la réforme du gouvernement a lancé une enquête sur la politique fédérale de vaccination. Cette enquête a porté sur d’éventuels conflits d’intérêt de la part de la Food and Drug Administration (FDA) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). L’enquête a conclu que de nombreuses personnes siégeant dans les deux principaux comités consultatifs avaient des liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques qui fabriquent les vaccins. Souvent, on a accordé des dérogations à ces personnes pour participer pleinement aux discussions qui ont abouti à des recommandations en matière d’homologation des vaccins et de vaccins pour l’immunisation des enfants. Ce qui en soi crée de sérieux doutes quant à la réelle efficacité des vaccins contre la grippe.
5. Manque de preuves réelles alors que même les jeunes enfants bénéficient de vaccins contre la grippe

51 études impliquant 260 000 enfants âgés de 6 à 23 mois ont établi qu’aucune preuve que le vaccin contre la grippe n’était plus efficace qu’un placebo. En outre, les vaccins contre la grippe ne protègent que contre certaines souches du virus ce qui signifie que vous pouvez encore facilement attraper la grippe si vous entrez en contact avec une souche différente du virus.
6. Le vaccin vous rend plus sensible à la pneumonie et à d’autres maladies contagieuses.

Pour quelqu’un qui a un système immunitaire déjà affaibli, l’injection de souches du virus de la grippe peut avoir des conséquences dévastatrices. Si votre corps est déjà au travail pour lutter contre un virus ou qu’il fonctionne simplement avec une faible immunité, l’injection d’un vaccin pourrait l’exposer gravement à contracter la grippe avec des symptômes plus forts, ou encore pire la pneumonie et d’autres maladies contagieuses.
7. Troubles vasculaires

La recherche médicale montre que les vaccins contre la grippe sont associés à un risque accru d’inflammation vasculaire. Les symptômes comprennent notamment la fièvres, des douleurs de la mâchoire, des douleurs musculaires, des douleurs et des raideurs dans le cou, les bras, les épaules et les hanches et des maux de tête.
8. Les enfants de moins de 1 an courent un risque

Les enfants de moins de 1 an sont très vulnérables à une violation du centre nerveux sensible qui entoure le cerveau et le système nerveux central. Le premier vaccin contre la grippe est administré à l’âge de 6mois. Un enfant de moins de 1 manque de protection pour se prémunir contre une détérioration prématurée de la barrière hémato-encéphalique.
9. Risque accru de narcolepsie

Il y a eu des dizaines de cas signalés d’enfants dans 12 pays différents qui ont développé la narcolepsie (un trouble du sommeil chronique) après avoir reçu le vaccin contre la grippe. L’étude, qui eut lieu entre Octobre 2009 et Décembre 2011, a comparé 3,3 millions de Suédois vaccinés avec 2,5 millions de personnes qui n’ont pas été vaccinées. Le risque a été jugé plus élevé chez les plus jeunes qui se sont fait vacciner. Pour les moins de 21 ans, le risque de contracter la narcolepsie était trois fois plus élevé.
10. Il affaiblit les réactions immunologiques

Il ya eu des milliers d’articles de revues médicales qui ont publiées que les vaccins conduisent à des réactions immunologiques nocives et une foule d’autres infections. En outre, les réponses immunologiques affaiblissent et diminuent la capacité d’une personne à combattre les maladies que le vaccin était censé nous protéger.
11. Troubles neurologiques graves

Des preuves indiquent maintenant que les ingrédients qui sont dans les vaccins contre la grippe peuvent effectivement causer des troubles neurologiques graves. En 1976, un nombre important de ceux qui ont reçu le vaccin contre la grippe on eu le syndrome de Guillain-Barré (SGB), une affection caractérisée par des lésions nerveuses permanentes et même la paralysie. Les vaccins antigrippaux peuvent contenir de nombreux composants nocifs, y compris des détergents, du mercure, du formaldéhyde et des souches de virus vivant de la grippe.

Source: whydontyoutrythis.com

Study Again Finds Narcolepsy Risk With H1N1 Flu Vaccine

Inflammatory Response After Influenza Vaccination in Men With and Without Carotid Artery Disease

Conflicts of Interest in Vaccine Policy Making

VRM: 5 Reasons Not To Get The Flu Shot

Is Your Child High-Risk for an Adverse Vaccine Reaction?

Natural Alternatives to the Flu Shot Prove Just as Effective

Dimanche 2 Octobre 2016 Pollution de l'air : 7 millions de morts par an dans le monde, près de 600 000 en Europe

Alors que l'air que nous respirons a été classé comme un cancérogène certain par le Centre International de Recherche sur le Cancer[1], l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de publier de nouvelles estimations catastrophiques sur la mortalité engendrée par ce fléau directement imputable aux activités humaines. Aujourd'hui, la pollution de l'air est devenu le principal risque environnemental pour la santé dans le monde, tuant plus de 7 millions de personnes chaque année...

Les précédentes estimations sur la mortalité engendrée par la pollution atmosphérique faisaient état de 2,3 millions de décès dans le monde dont 400 000 en Europe et 40 000 en France, selon l'OMS, la Commission Européenne et le Ministère du Développement Durable français. Dans les villes d'Asie, la Commission Economique et Sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), considère que la pollution atmosphérique est responsable de près de 500 000 décès prématurés. Des données revues fortement à la hausse par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui indique que près de 7 millions de personnes sont décédées prématurément en 2012 – une sur huit au niveau mondial – du fait de l'exposition à la pollution de l'air. Ces nouvelles estimations représentent plus du double des données précédentes et confirment que la pollution de l'air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde.

Les pays à revenus faibles ou intermédiaires des Régions OMS de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental sont ceux qui ont enregistré la charge la plus lourde liée à la pollution de l'air en 2012, avec un total de 5,1 millions de morts. Notons qu'en Europe, la pollution de l'air tue près de 600 000 personnes, rapportée au nombre d'habitants c'est plus de trois fois la mortalité enregistrée en Amérique du Nord.
Région Mortalité (en millions) Mortalité pour 100 000 habitants
Pacifique ouest 2,868 102
Asie du Sud-est 2,3 124
Afrique 0,68 76
Europe 0,582 77
Est de la Méditerranée 0,414 50
Amériques centrale et du Sud 0,131 22
Amérique du Nord 0,096 25
Monde 7,071 100

Le rapport fait la distinction entre la mortalité induite par la pollution de l'air intérieur et la pollution de l'air extérieur[2]. En effet, on pense souvent que la pollution provient de l'extérieur mais nos intérieurs sont également fortement pollués, c'est encore plus vrai dans les pays à faible revenu où l'intérieur du logement subit la pollution d'équipements de chauffage et de cuisson rudimentaires.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3977.php


Mortalité due à la pollution de l'air extérieur

Dans le monde, 3,7 millions de personnes meurent prématurément à cause d'un air extérieur trop pollué. 88% de ces victimes se trouvent dans les pays à revenus faibles ou moyens, où résident 82% de la population mondiale :
Régions à revenus faibles et moyens
Région Mortalité (en millions)
Pacifique ouest 1,669
Asie du Sud-est 0,936
Est de la Méditerranée 0,236
Europe 0,203
Afrique 0,176
Amériques centrale et du sud 0,058
Régions à hauts revenus

Dans les pays à hauts revenus la mortalité enregistrée est la suivante :
Région Mortalité (en millions)
Europe 0,278
Amérique du Nord 0,094
Pacifique Ouest 0,068
Est de la Méditerranée 0,014

Notons le poids de la pollution atmosphérique en Europe de l'ouest (près de 300 000 morts), où se concentrent un trafic routier dense et des activités agricoles et industrielles.

En France, un rapport du Sénat de juillet 2015 reprend les conclusions du programme « Air pur pour l'Europe » dit Cafe « Clean air for Europe ») en indiquant que 45 000 décès par an étaient attribués à la pollution de l'air.
Mortalité due à la pollution de l'air intérieur

"Les femmes et les enfants pauvres paient un lourd tribut à la pollution de l'air intérieur, car ils passent plus de temps à la maison à respirer les fumées et la suie que dégagent les fourneaux à bois ou à charbon mal ventilés" précise le Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l'OMS chargé de la santé de la famille, de la femme et de l'enfant.
Régions à revenus faibles et moyens
Région Mortalité
Pacifique ouest 1 620 100
Asie du Sud-est 1 691 600
Est de la Méditerranée 200 800
Europe 99 500
Afrique 581 300
Amériques centrale et du sud 80 000
Régions à hauts revenus

Dans les pays à hauts revenus la mortalité enregistrée est la suivante :
Région Mortalité (en millions)
Europe 17 700
Amérique du Nord 1 300
Pacifique Ouest moins de 100
Est de la Méditerranée moins de 100
Les causes de décès : maladies cardio-vasculaires et cancer

Les nouvelles données mettent en évidence en particulier un lien plus fort entre la pollution de l'air et les maladies cardio-vasculaires comme les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et les cardiopathies ischémiques, ainsi qu'entre la pollution de l'air et le cancer. Cela vient s'ajouter au rôle de la pollution de l'air dans l'apparition de maladies respiratoires et notamment d'infections respiratoires aiguës et de bronchopneumopathies chroniques obstructives.
Causes de décès dans la pollution de l'air extérieur

40 % : cardiopathies ischémiques ;
40 % : accident vasculaire cérébral ;
11 % : bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) ;
6 % : cancer du poumon ;
3 % : infections aiguës des voies respiratoires inférieures chez l'enfant.

Causes de décès dans la pollution de l'air intérieur

34 % : accident vasculaire cérébral ;
26 % : cardiopathies ischémiques ;
22 % : bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) ;
12 % : infections aiguës des voies respiratoires inférieures chez l'enfant ;
6 % : cancer du poumon.

Pour le Dr Maria Neira, Directeur du Département OMS "Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé", "les risques dus à la pollution de l'air sont désormais plus importants qu'on ne le pensait, en particulier en ce qui concerne les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux. Peu de risques ont un impact supérieur sur la santé mondiale à l'heure actuelle que la pollution de l'air ; les données factuelles indiquent la nécessité d'une action concertée pour rendre l'air que nous respirons plus propre."

Dans le courant de l'année, l'OMS publiera des données par pays sur les expositions à la pollution intérieure et extérieure, et la mortalité liée, outre une actualisation des mesures de la qualité de l'air dans 1600 villes de toutes les régions du monde.
Notes

Respirer tue ! L'air a été classé comme cancérogène - notre-planete.info
De nombreuses personnes sont exposées à la fois à la pollution intérieure et extérieure. En raison de ce chevauchement, il ne suffit pas d'ajouter l'une à l'autre la mortalité attribuée à ces deux sources, d'où l'estimation totale d'environ 7 millions de décès prématurés en 2012.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3977.php

Dimanche 2 Octobre 2016 Quel est le meilleur mode de cuisson pour les aliments et pour notre santé ?

Vous mangez bio ? C'est déjà très bien mais cuisez-vous bien vos aliments ? Cette question qui peut paraître anecdotique est en fait... essentielle. Afin de conserver le meilleur de nos aliments, une cuisson à la vapeur douce est indispensable et le barbecue est à proscrire. Explications.

Si l'idéal est de manger bio afin d'éviter l'ingestion de pesticides et nitrates, il faut également veiller à conserver les nutriments présents naturellement dans nos aliments. Malheureusement, les méthodes classiques de cuisson (cocotte minute, four, poêle, barbecue...) ne le permettent pas, à cause de températures de cuisson trop élevées :

autocuiseur ou cocotte-minute : de 105 à 120 °C ;
poêle : 150 °C à 350 °C ;
four : de 150 °C à 240 °C (100 °C avec chaleur tournante) ;
wok : 350 °C ;
barbecue : de 200 °C à 500 °C.

Ainsi, ces hautes températures dégradent fortement la qualité nutritive de nos aliments, tout simplement en les détruisant. En effet, la destruction des vitamines est observée dès que la température dépasse 100°C.
Par exemple, "la cuisson à l'autocuiseur et toutes les cuissons à la vapeur dure (vapeur sous pression, eau bouillante) rendent les sels minéraux inassimilables, tuent les enzymes et la plupart des vitamines", indique Marion Kaplan, conceptrice et fabricante du Vitaliseur de Marion.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_4369.php

Le barbecue horizontal, pourtant si populaire est sans aucun doute le pire mode de cuisson qui existe pour la santé. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, lorsque l'ont cuit à hautes températures ou lorsque la nourriture est en contact direct avec une flamme ou une surface chaude, certains composés cancérigènes apparaissent comme les HAP et les AAH.
"Lorsque l'on fait griller de la viande au barbecue, la température peut atteindre les 500 degrés Celsius. Dès 200 degrés, les protéines des aliments réagissent avec la créatine présente dans les muscles et forment de nouvelles molécules appelées amines aromatiques hétérocycliques (AAH). Les AAH sont des molécules cancérigènes reconnues : les personnes qui consomment régulièrement des aliments frits ou cuits au barbecue ont des risques nettement plus élevés de développer un cancer", avertit le Pr Joyeux, cancérologue qui ajoute : "puis, lorsque les viandes cuisent, la chaleur liquéfie les graisses qui se mettent à couler dans le barbecue. Elles se transforment alors en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont libérés dans les fumées... qui retournent se coller sur la viande. Les HAP sont des substances produites par les moteurs diesel ou la fumée de cigarette. À titre de comparaison, un steak cuit au charbon de bois peut contenir jusqu'à l'équivalent en HAP de 600 cigarettes !"
"Toutes ces amines hétérocycliques ont été testées chez le rongeur et le primate non humain et ses sont révélées capables d'induire, même à faible dose, des tumeurs dans de nombreux organes", indique Henri Joyeux.

Si vous ne fumez pas, l'utilisation régulière d'un barbecue remplace donc allégrement la cigarette...
La solution : la cuisson à la vapeur douce

La vapeur cuit les aliments à une température comprise entre 95 et 97°C sans qu'ils soient au contact de l'eau. Ce mode de cuisson n'est pas une révolution et est utilisé par les chinois depuis 7000 ans... Il se "comporte comme un être humain qui prend un bain de sauna... Il transpire, rejette ses toxines et conserve ses sels minéraux, vitamines et oligo-éléments" explique le Pr Joyeux.

Cela limite donc au maximum les pertes de vitamines, enzymes, polyphénols[1], acides gras et oligo-élements qui ont tendance à s'évacuer dans l'eau de cuisson, tout en éliminant, comme les autres cuissons, d'éventuelles bactéries pathogènes.
C'est l'avis d'un certain nombre de nutritionnistes comme le Dr Laurence Plumey qui ajoute que le respect d'un temps de cuisson maîtrisé permet souvent des cuissons, dites "al dente", qui limitent les pertes vitaminiques. Ainsi, avec la cuisson vapeur, il peut n'y avoir que 15 à 20% de pertes vitaminiques là où il y en aura deux fois plus avec une cuisson plus agressive.
Par exemple, cuit à la vapeur douce, le brocoli conserve 80% de ses polyphénols, contre seulement 40 % avec l'autocuiseur et moins de 20 % à l'eau, précise Christine Bouguet-Joyeux, nutritionniste. Pour la vitamine C, le laboratoire central d'hygiène alimentaire de Paris a constaté une perte de 55 % après ébullition dans l'eau contre 30 % à la vapeur douce.

En outre, ce mode de cuisson est capable de détoxiquer l'aliment en le débarrassant des pesticides, nitrates et additifs alimentaires qui ont été ajoutés. La transpiration des légumes leur permettrait d'évacuer ces toxiques qui se retrouveraient ensuite dans l'eau utilisée. Il est donc vivement déconseillé de consommer l'eau qui a servi à la cuisson.

Rappelons également que le meilleur moyen de ne pas ingérer de pesticides est de prendre soin de bien les préparer (lavage, épluchage) avant de les cuisiner. Le rinçage permet de débarrasser les légumes des traces de manipulations multiples entre la cueillette et la consommation, de la poussière, d'une partie des germes et des résidus de pesticides.

Mais l'idéal est de consommer des légumes issus de l'agriculture biologique. Comme ils ne sont pas traités avec des pesticides, ils n'en contiennent pas, ou très peu. Ainsi, il est tout à fait envisageable de consommer leur peau, généralement riche en nutriments : "la peau et la partie de la chair située sous la surface des légumes frais sont plus riches en vitamines, minéraux, polyphénols, fibres et antioxydants que la chair elle-même", a expliqué Valérie Espinasse, micro-nutritionniste à Paris, dans la revue Santé Magazine. Sans oublier tout de même de les rincer et de les nettoyer avant.

L'ustensile le plus utilisé pour ce mode de cuisson est tout simplement le couscoussier qui existe sous une forme plus moderne et plus performante : le vitaliseur.
La cuisson à la vapeur douce avec le vitaliseur

Inventé par André Cocard, ingénieur chimiste, et Marion Kaplan, Bio-nutritionniste, le Vitaliseur de Marion permet d'obtenir une cuisson parfaite à la vapeur douce (95°C à cœur de l'aliment) :

il maintient la température de la vapeur constante en la régulant ;
il cuit ainsi les aliments sans les dessécher, et garde une grande partie des éléments nutritifs (même les plus fragiles comme la vitamine C) ;
mauvaises graisses, toxines et pesticides sont éliminés en tombant dans l'eau de cuisson ;
inutile d'ajouter du sel, ils sont conservés dans les aliments ;
inutile de blanchir certains légumes.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_4369.php

L'essayer, c'est l'adopter. Si son prix reste élevé (près de 200 euro), les légumes retrouvent leur goût tout en ayant une texture agréable à manger. La cuisson est simple et même plus rapide qu'avec un autocuiseur.
Il vous suffit de verser une bonne quantité d'eau dans la cuve puis, une fois à ébullition, de disposer vos légumes (poissons et viande si vous en mangez) dans le tamis situé au-dessus de l'eau. La vapeur d'eau générée par la cuisson va cuire les aliments et s'évacuer en s'écoulant, une fois condensée, le long du couvercle incurvé, au lieu de tomber sur les aliments. Les légumes préservent ainsi leurs nutriments.

Nous avons testé le vitaliseur avec une grande variété de légumes et nous n'avons pas été déçus au point qu'il a rapidement été adopté par toute l'équipe du site, délaissant notre autocuiseur.
Chaque plat de légumes est l'occasion de (re)découvrir des saveurs oubliées, tout en ayant l'assurance de manger sainement.

Enfin, si toutes ces histoires de cuisson vous font "bouillonner", rappelons que la meilleure façon de consommer les légumes est, tout simplement, de ne pas les cuire et donc de les manger cru ! Si cette méthode, rapide et pratique n'est pas généralisable pour tous les légumes, c'est sans aucun doute la meilleure car elle permet de préserver tous leurs nutriments.
Notes

Ces substances ont des propriétés antioxydantes très importantes et permettent de lutter contre le vieillissement cellulaire. Selon le congrès "Polyphénols et santé" qui s'est déroulé à Vichy en novembre 2003, ces composés sont efficaces contre les maladies cardiovasculaires, les cancers et probablement l'ostéoporose (Doctissimo)
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_4369.php

Samedi 1 Octobre 2016 La Terre sera-t-elle bientôt privée d’oxygène?

Des scientifiques affirment que l’atmosphère de notre planète perd progressivement son oxygène. L’existence même de notre espèce est-elle désormais en danger?

À en croire certains chercheurs, le taux moyen d'oxygène dans l'atmosphère terrestre se réduit comme peau de chagrin: au cours des dernières 800 000 années, il a baissé d'au moins 0,7%, ce qui représente un signe alarmant à l'échelle de notre planète, écrit la revue Science.

Rappelons qu'avant l'apparition de la vie, l'atmosphère terrestre était complètement dépourvue d'oxygène. C'est l'apparition des premières cyanobactéries qui l'a rendue riche de ce gaz indispensable à tous les aérobes. Pendant les centaines de millions d'années suivantes, sa concentration est restée relativement stable.

Cependant, les chercheurs affirment que le taux moyen d'oxygène a considérablement baissé au cours des dernières centaines de milliers d'années, de près d'1%. Pour arriver à cette conclusion, ils ont méticuleusement analysé des milliers d'échantillons de glace prélevés au Groenland et en Antarctique, qui conservent toujours des bulles de gaz issues de l'atmosphère préhistorique.

Concernant la cause de ces changements dramatiques, les scientifiques avancent plusieurs hypothèses. Premièrement, une accélération de l'érosion entraînant des processus d'oxydation concomitants et deuxièmement, une baisse de la température moyenne de l'hydrosphère survenue au cours des derniers millions d'années qui aurait rendu les océans capables d'absorber plus d'oxygène qu'auparavant.

Samedi 1 Octobre 2016 Dans quels produits se trouve l'huile de palme ?

Sucré-salé

Apéritifs : Pringles, Biscuits Belin, Tuc, Tuiles Auchan et super U, Biscuits Crawford's, Leclerc - Biscuits crakers à l'emmental (graisse, huile végétale)

Biscottes : Cracottes, Heudebert, Lu, Marque repère, eco +, Pelletier (graisse, huile végétale)

Bouillons et/ou soupes: Nouilles instantanées, Liebig, Maggi, Royco Minute, Herbamar, Knorr, Kub Or Maggi, fond de veau marque repère (graisse, huile végétale). GAYELORD HAUSER Potage (E304)

Céréales: Kellogg’s, Choccapic - Nestlé, Jordans Country Crisp, Crousty choco Auchan (graisse, huile végétale)

Confiseries: KitKat, Quality street- Champs Elysée - Nestlé, Harribo, Celebration, Milka Noël en Famille, Bonbons grand Jury, Skittles (graisse, huile végétale). Oréo (E304)

Desserts: Profiteroles Chocolat La laitière, Crispy choco Danone, éclairs (pâte à choux et glaçage !)

Friandises chocolatés : Nutella, Balisto, Kinder, Ferrero rocher, Petits dessert et chocolats - lindor - Swiss luxury - lindt, M&M'S, Mentos, finger, Ovomaltine (graisse, huile végétale et matière grasse végétale hydrogéné)

Fromages : Kirri goûter, Surprises fromagères Brossard (huile végétale)

Gâteaux : Taillefine, BN, Delacre, Napolitains - Palmito - Prince - Pepito - Granola - Paille d'or Lu, Brossard, Marque Repère (Leclerc), Eco +, Auchan et Rick et Rock, Pim's, Monoprix, fourrés myrtilles - palmiers - Fourré cacao Bjorg, TimTam, Auchan, Biscuits Diététiques Lait Chocolat; Pavot citron; Génération active énergie vitale; Biscuits au lait et au chocolat; Biscuits au soja et à l'orange (Gerblé) (huile ou graisse végétale)

Grignotage : Pop corn Carrefour, Crêpes Sucrées Daniel Dessai, Barre céréale carrefour Nesquik Balisto, Barre granny L, Bananes Chips Funy, fruits secs (raisins super U)

Glaces : Häagen Dazs (Speculoos - Caramel Biscuit and Cream et Moka & Speculoos), cônes glacés extrême Nestlé, La laitière (E471 à base de palme) , Magnum, Carte d'or (E471 à base de palme), Viennetta Miko (huile de palmiste, huile végétale ou E471)

Margarines (même celles contre le cholestérol, un comble !) : Toutes. Fruit d’or Proactive, St Hubert, Primevère, Planta Fin, Fruit d’Or pro-activ et Astra ... (graisse, huile végétale)

Pains, brioches, pates à tartes: Beignet Framboise - Brioches- pains au lait Pasquiers, - Pain de mie Doo Wap, Epi d’Or, pâte à tarte-pâte à cookie-pâte à gâteau Herta, Brioche Tressée, Harry's (Colza et palme RSPO), La Boulangère, Eco +, William Saurin, croissants-pâte à pizza Auchan, Pitch, Monoprix, Herta, Marque Repère (Leclerc), Pain pour hamburger carrefour (huile végétale)

Plats (pizza, quiches, plats préparés) : Nuggets père dodu, Herta, Sodebo, Jean Stalaven, Fleury Michon, Marie, Bonduelle, Regalette, Daniel Dessaint traiteur, Monoprix, quenelles Lustucru, Quiche lorraine Thiriet, lasagnes Leader Price, Maître coq, croissant jambon fromage-tarte poireaux-surimi Auchan, Original Bun's Mc Cain, Brochette Charal, Paëlla Findus (huile végétale). Pâtes Sodébo, Hachi parmentier Daucy, Feuilletés Auchan (E304), Poêlé bretonne marque repère, croque-monsieur super U (huile végétale, mono et diglycérides d'acides gras, B carotène), Pizza marguerita lepouce/intermarché, raviolis frais Auchan (palmitate d'ascrobyl).

Plats (surgelés) : Pomme de terre sautées-Tortélini (Auchan), Hot-pockets (Maggy)

Préparations : Crème chantilly - marque repère (E471) Sauce béchamel - Maggi, Sauce curry - Knorr (pour professionnels), sauce tartare - Amora

Produits laitiers (fromages, laits) et viandes : L'alimentation animale est souvent à base de céréales, de tourteaux et parfois de tourteaux palmistes.

Lait Infantiles / bébés : Gallia, blédidèj - Bledilait Blédinel, Nidal nestlé (huile végétale)

Boissons : Taillefine Fizz, Nestea Pêche-Cappuccino Dolce Gusto, Cappucino soluble Nestlé


Viande : Hamburgers Grillés Végétarien Tivall

Hygiène

Dentifrices : marque repère, Colgate (refus de précisions sur des dérivés : origine végétale ou synthétique) ceux contenant de la glycérine sont susceptibles d'être palmés (Sodium lauryl sulfate - Sodium laureth sulfate etc..)

Lave vaisselle: ceux contenant des tensioactifs non ioniques peuvent contenir de la palme. Exception trouvée à ce jour : Sonett.


Hygiène : Crème Mixa, mousse à raser (Marque U), Rexona (disteardimonium hectorite " palmé") baume lèvre Merck, Marque U, crème Chanel, crème Bulgari, liner Urban Decay, Caudalie, soin du corps Ushuaïa, Sephora, Neutrogéna, Nivéa, Biotherme, L’occitane, Cadum, Lancôme, Lidll, Williams (mousse à raser), Biotherme, Saint Algue, Fragonard, Yves Rocher, Weleda, L'oréal, Yves St Laurent, déodorant Mennen (acide palmitique, palm oil, mirystate d'ispropyl etc...)

Entretien et lessives : toutes sont susceptibles d'être palmés ou presque, les "écologiques" le sont encore plus (agents tensioactifs, agent ionique, agent anionique).Vannish, Ariel, Etamine du Lys, Rainette, Ecover

Savons, shampoings, après-shampoing : Dove, Palmolive, Petit marseillais, Tahiti douche, Ushuaïa, super U, Sanex, Adidas, Garnier, Schwarzkopf, L'Occitane, Timoteï, Head and shoulder's, Roger Gallet (Sodium lauryl sulfate- sodium laureth sulfate - ammonium lauryl sulfate - sodium plamate/sodium palmitate). Bourjois m'a indiqué avoir du lauryl sulfate sodium d'origine du coco.


Beauté: Gel pour les cheveux - L'Oréal, crème pour le corps - Caudalie, crayons à yeux et à lèvres - Zao (hydrogenated palm oil), Mascara beauté Luminelle Noir - Yves Rocher (acide stéarique)

Médicaments : Biafine, Paracétamol (stéarate de magnésium)

Recherches de la BBC (en anglais)


Divers

Encre végétale, bougies, plastiques, caoutchouc, gasoil (plus forte probabilité dans le sud que le nord de la France : le froid le fige)


Grandes enseignes

Boîte à Pizza, Pizza Hut, Domino's Pizza (fromages, crèmes)

Mac donald's, Quick (sauces, desserts, pains), KFC (fritures), Subway

Paul, La brioche dorée, pâtes feuilletés dans les boulangeries (fort risques de margarine)

Cappuccino dans les bars, sauces et purées dans les restaurants.




L’huile de palme a mauvaise presse depuis quelques années maintenant, mais pourquoi ? Qu’est-ce qui ne va pas avec cette huile végétale qui est pourtant la plus consommée au monde ?


Tout d’abord, qu’est-ce que l’huile de palme ? C’est une huile produite à partir des fruits du palmier à huile mais attention, elle ne doit pas être confondue avec l’huile de palmiste issue du noyau ! Cette huile fait partie de la cuisine traditionnelle de nombreux pays d’Asie, d’Afrique ou encore d’Amérique du Sud et ce depuis la nuit des temps.

Alors pourquoi tant de haine ? Pour faire simple, tout a commencé lorsque l’industrie agroalimentaire a découvert les « miracles » de l’huile de palme. Cette huile a un goût neutre, une texture onctueuse, elle est résistante aux changements de température, se conserve très longtemps et est peu coûteuse. Mais l’huile de palme est surtout 10 fois plus rentable que n’importe quelle autre huile (colza, tournesol,…). C’est pourquoi elle est devenue le chouchou de l’industrie agroalimentaire et se trouve dans la plupart des biscuits, gâteaux, plats préparés, pâtes à tartiner et autres produits transformés.


Sauf qu’elle a beau être merveilleuse pour les industriels, pour la santé et surtout la planète, c’est tout sauf ça… L’huile de palme est une huile très riche en acides gras saturés qui favorisent le « mauvais » cholestérol et augmentent le risque de maladies cardiovasculaires. Après c’est comme pour tout, il ne faut pas en abuser et il est prouvé que la consommation occasionnelle d’huile de palme ne présente aucun risque pour la santé.

Le vrai danger de l’huile de palme est dans sa production ! A cause d’une demande de plus en plus forte, la culture de palmiers à huile nécessite plus de surfaces cultivables et génère une déforestation massive. En Malaisie, Sumatra et Bornéo, près d’un million d’hectares par an est détruit dans le processus de production de l’huile de palme ! Toute la biodiversité de ces terres ravagées par la production abusive est en danger et plus précisément les orangs-outans qui sont maintenant classés en « danger critique » par l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature).


Des cultures durables de palmiers à huile apparaissent de plus en plus mais ne représentent que 10% de la surface de production et les producteurs ne sont pas tous enthousiastes à l’idée de signer un accord anti-déforestation… De plus, il n’existe aucune alternative pour remplacer l’huile de palme pour le moment. On ne veut pas te faire culpabiliser avec ton Nutella, ni te dire que si tu arrêtes d’en manger, tu vas sauver des orangs-outans car ce n’est malheureusement pas le cas… Mais en attendant, tu peux quand même essayer d’opter plus souvent pour des produits sans huile de palme !

Samedi 1 octobre 2016 S.Hawking met en garde sur l’existence d’une éventuelle vie extra-terrestre supérieure

Voyageons un instant dans l’espace infini avec Stephen Hawking. Produit par Ben Bowie, un documentaire fascinant aux allures d’odyssée intergalactique a vu jour sur la toile cette semaine. À bord d’un vaisseau spatial, le physicien émérite spécialiste de l’espace, nous invite à découvrir « ses cinq lieux favoris » au sein de notre galaxie. Revenant à la fois sur sa carrière et sur le cosmos, le film de 25 minutes nous alerte aussi sur une éventuelle vie extra-terrestre — dont Hawking est persuadé de l’existence.

Balade à travers le cosmos

N’avez-vous jamais rêvé de parcourir l’espace en compagnie d’un des plus grands génies de notre époque ? Avec « Stephen Hawking’s favorite places », votre vœu est réalisé, au moins virtuellement. Au cours de ce court-métrage de 25 minutes au graphisme léché, Stephen Hawking, harnaché à bord de son vaisseau spatial « SS Hawking », voyage à travers l’espace et entraîne le spectateur avec lui.

Ainsi, tout commence avec une virée aux confins du Big Bang, qui a passionné de nombreuses années et continue d’obséder le physicien et cosmologiste britannique. Ayant travaillé pendant des décennies sur la question, Hawking avait marqué les esprits une première fois à l’époque de son doctorat en démontrant le lien existant entre le Big Bang et la Théorie de la relativité d’Einstein. Et quoi de mieux, en effet, que de débuter une odyssée spatiale par l’origine des temps, et le phénomène au centre des travaux d’un des hommes les plus ingénieux des temps modernes ?

Vient ensuite la découverte de Gliese 832c, une exo-planète « super-Terre » à 16 années lumières de la nôtre. La ballade intergalactique se poursuit, passant par un trou noir gigantesque appelé Sagittarius A, qui se trouve au centre de la voie lactée. Hawking nous emmène ensuite sur sa planète favorite au sein de notre système solaire : Saturne, qui nous révèle la beauté de ses anneaux. Enfin, cette folle aventure spatiale se termine sur notre bonne vielle Terre, en la contrée de Santa Barbara, en Californie, où le vaisseau se pose enfin sur une de ces plages magnifiques dont seule la Planète Bleue semble avoir le secret.
Et si on se promenait réellement, que trouverait-on ?

Passionné depuis longtemps par la question de la vie extra-terrestre, d’un point de vue très raisonné, Stephen Hawking affirme au long du film être de plus en plus persuadé de l’existence d’une vie intelligente outre-Terre. D’ailleurs, il serait bête de s’en étonner, lorsque l’on sait qu’en 2015 le physicien avait déjà apporté son soutien au programme « Breakthrough Listen », dont l’ambition est de capter des sons venus des différentes planètes présentes dans le premier million de systèmes solaires les plus proches du nôtre. Ce programme est à l’heure actuelle le plus ambitieux jamais lancé par la communauté scientifique pour tenter de trouver des signes de vie extra-terrestre et ainsi régler scientifiquement cette question.

Dans « Stephen Hawking’s favorite places », le cosmologiste revient d’ailleurs sur les attitudes qu’ils nous faudrait adopter si nous découvrions un jour que nous ne sommes pas les seuls dans l’Univers. Ainsi, il met en garde : « Avec l’âge, je suis plus convaincu que jamais que nous ne sommes pas seuls. Après une vie de recherches, je contribue aujourd’hui à une nouvelle initiative mondiale qui tente de connaître la vérité. The « Breakthrough Listen » va scanner le million d’étoiles les plus proches à la recherche de signes de vie, mais je connais déjà l’endroit idéal pour commencer à chercher. Un jour, nous pourrions très bien recevoir un signal provenant d’une planète comme Gliese 832c, mais il nous faudra alors réfléchir à si nous devrions vraiment répondre en retour. »

En effet, comme il le pointe, les extra-terrestres pourraient tout à fait être des êtres en avance sur nous de plusieurs millénaires, plus évolués, et détenir pour ainsi dire des « pouvoirs » infiniment plus grands que les nôtres. C’est pourquoi Stephen Hawking, s’il reste enthousiaste quant à l’éventualité d’une vie développée ailleurs, est aussi conscient des risques encourus par l’humanité dans sa recherche de l’Autre. Aussi rappelle-t-il que l’histoire a souvent donné raison à la cruauté lorsque différentes civilisations se sont rencontrées. Pour avoir des exemples, nul besoin de quitter la planète, la colonisation et le génocide des Indiens d’Amérique sont frappants de pertinence. Vigilance, donc.

Le film « Stephen Hawking’s favorite places », véritable réussite visuelle, informative et musicale, est disponible sur la plateforme CuriosityStream.

Sources : TheGuardian.com / CNet.com

Samedi 1 Octobre 2016 Cet ingénieur français a la solution pour stocker l’énergie solaire et accélérer la transition énergétique

Si la production d’énergies renouvelables augmente, le stockage de ces dernières reste une question épineuse à laquelle les chercheurs veulent apporter une réponse adaptée et la plus saine possible. André Gennesseaux, ingénieur en mécanique et co-fondateur de l’entreprise Energiestro, pense avoir trouvé une solution alternative aux batteries qu’il décrit comme révolutionnaire : le stockage grâce au béton. Explications.




Lorsque l’on parle d’énergies renouvelables, l’un des principaux reproches qui leur est fait concerne leur intermittence. En effet, aussi bien l’éolien que le solaire ne produisent de l’énergie qu’à certains moments de la journée, ce qui représente un véritable casse tête pour les gestionnaires de réseaux. Aussi, pour pouvoir bénéficier de cette énergie à tous moments, il faut stocker l’énergie qui n’est pas consommée, le plus souvent dans des batteries aux composés chimiques. André Gennesseaux affirme avoir fait une découverte importante : l’énergie pourrait être stockée simplement grâce au béton. De cette manière, il serait possible de« réduire le coût du stockage trop élevé des batteries, et ainsi augmenter la pénétration des énergies renouvelables » défend-t-il.
L’énergie solaire : une énergie abondante, peu chère, mais intermittente

C’est le stockage de l’énergie solaire qui a principalement fait l’objet des recherches d’André Gennesseaux. Si les pics de production sont prévisibles, ils ne s’en concentrent pas moins en milieu de journée. Or, les techniques existantes ne permettent pas vraiment d’envisager un stockage de l’énergie à grande échelle. Les matériaux utilisés ainsi que les processus de fabrication des batteries classiques s’avèrent être bien trop coûteux, pour que le dit stockage puisse se faire sans le versement de subventions. Si les techniques de stockages sont par ailleurs nombreuses, aucune, jusqu’à présent, n’a su convaincre entièrement.

L’énergie solaire est particulièrement intéressante d’un point de vue économique, avance l’ingénieur ; des progrès récents en la matière, ainsi que « la baisse spectaculaire du prix des panneaux solaires » ont permis d’en faire l’énergie disponible la moins chère à produire, mais pas encore la plus propre. Son intermittence et le coût du stockage restent des freins à la généralisation de cette énergie. Pour cette raison, le stockage de l’énergie, afin de pouvoir la restituer n’importe quand (« lissage de la production »), devient un enjeu de taille, voir même de civilisation.
Le volant « Voss », une innovation avec de l’avenir ?

Associé à une équipe de quatre autres chercheurs, André Gennesseaux découvre que le béton a la particularité d’être un matériaux très propice pour stocker de l’énergie. À la suite de plusieurs années d’étude du matériau, l’équipe a pu développer un « volant » de stockage d’énergie, dont les capacités semblent prometteuses. Les volants de stockage se présentent sous la forme « d’un cylindre ou d’un disque qui tourne à très grande vitesse ». Mis en rotation par un moteur, l’énergie est stockée sous la forme d’« énergie cinétique ». En l’absence de frottements, l’énergie peut être conservée pendant plusieurs heures et être restituée pendant la nuit par une génératrice. La particularité du volant proposé par Energiestro, c’est d’être composé d’un cylindre de béton, alors qu’auparavant on utilisait de l’acier ou du carbone. C’est cette nouvelle méthode, accompagnée d’une innovation pour protéger le béton de toute fracture lors de la phase d’accélération du cylindre, qui a permis d’aboutir à des économies qui vont pouvoir rendre le stockage de l’énergie solaire plus rentable qu’aujourd’hui.
En effet, selon André Gennesseaux, la technique qu’il a développé pourrait réduire de 5 à 10 fois le coût du stockage de l’énergie. D’autant que les nouveau volants ont un rendement élevé, compris entre 80 et 90 %. Autre avantage annoncé par le concepteur, le faible coût de l’entretien du matériel, et la durée de vie « presque infinie » du volant. Lors des tests, les volants Voss étaient comme neufs après 100.000 cycles, alors qu’une batterie s’use bien plus rapidement. Très concrètement, le système se présente comme un cylindre de béton porté par un palier magnétique qui tourne sur lui-même dans une enceinte sous vide dans laquelle la pression de l’air est réduite, de quoi conserver une énergie cinétique avec un rendement important.

André Gennesseaux affirme que de nombreuses personnes ont déjà manifesté leur intérêt : il a été contacté par des particuliers, des opérateurs ou encore des pays en voie de développement. L’invention a d’ailleurs été remarquée au plus haut niveau puisque ses recherches ont été récompensées par EDF. Novatrice, l’idée l’est définitivement ; il faudra cependant apporter une attention au cycle de production ainsi qu’aux pollutions annexes générées à cette occasion. En effet, le secteur du béton, inévitablement lié à celui du sable (et à sa rareté) pose également quelques limites, mais probablement moins importantes que les conséquences des énergies fossiles.

L’ingénieur a eu l’occasion de présenter son invention à l’occasion des TEDx de Paris qui se sont tenus en octobre 2015.

Samedi 1 Octobre 2016 Hors de contrôle, la station spatiale chinoise va s’écraser sur Terre

Les autorités chinoises ont fait savoir en conférence de presse que leur station spatiale était hors de contrôle. Ce qui signifie que sa rentrée dans l’atmosphère pourrait poser quelques soucis.

Il ne faut pas vraiment s’alarmer, mais l’information interpelle tout de même. La Chine a concédé avoir perdu le contrôle de sa station spatiale, Tiangong-1, raconte notamment le site Popular mechanics. Lancé en 2011, le module ne recevait plus de visite humaine et avait été placé en sommeil. Il a par ailleurs été remplacé la semaine dernière par une nouvelle station.

La station ne va pas rester indéfiniment en orbite autour de la Terre. Il est désormais acté que, progressivement, Tiangong-1 va se rapprocher de l’atmosphère. Le problème, c’est que les scientifiques ne sont pas capables de savoir exactement quand. Tout juste anticipent-ils une entrée en contact avec l’atmosphère d’ici la fin de l’année 2017.

Cette incertitude change évidemment toute la donne. Habituellement, lorsqu’un satellite est sous contrôle, les scientifiques font en sorte que l’entrée dans l’atmosphère se fasse au dessus de l’océan. Si la très grande partie du matériel se consume dès ce moment-là, des débris sont toujours susceptibles de s’écraser au sol. Cette fois, avec Tiangong-1, il faudra espérer que tout se passe bien. Et lever les yeux au ciel.

sources : http://www.lexpress.fr/ / http://www.directmatin.fr/

Samedi 1 Octobre 2016 Première récolte officielle de cannabis médical en Italie

Le colonel Antonio Medica, surnommé le colonel Mary Jane, a finalisé la première partie de sa mission un peu spéciale : faire pousser du cannabis médical pour le pays. L’armée italienne a en effet annoncé que la première livraison de 1600 jarres de 5 grammes de cannabis thérapeutique est prête à être expédiée aux hôpitaux et pharmacies italiens qui en ont besoin.

L’Italie autorise le cannabis médical depuis 2007, mais le pays importait du cannabis des Pays-Bas à des prix trop hauts pour les patients italiens, jusqu’à 35€ le gramme, ce qui rendait le médicament inaccessible et poussait les patients à se fournir au marché noir. Le gouvernement est donc intervenu et a décidé de cultiver sur place pour faire baisser le prix de vente, avec un objectif de 5€ le gramme.

Les militaires italiens mettent 90 jours pour passer d’une graine à un produit empaqueté. 4 récoltes sont attendues par an, pour un total de 32kg de beuh.

La prochaine étape du cannabis thérapeutique en Italie sera pour les cultivateurs de créer différentes variétés de plantes pour traiter davantage de maladies. Le ministère de la Santé espère également tripler la production, jusqu’à 100kg par an, pour satisfaire au mieux la demande des patients, qui estiment déjà que ce ne sera pas assez.

Indépendamment de l’offre et de la demande, la culture domestique du cannabis en Italie marque un pas significatif vers la fin de la prohibition de cannabis en Europe de l’Ouest. De nombreuses voix poussent vers la légalisation du cannabis, y compris les forces de police pour qui ce serait un moyen efficace de lutter contre les mafias.

Cette évolution italienne ouvre dans les faits la porte à une industrie domestique du cannabis dans un pays connu pour l’extrême soin apporté à ses produits culinaires, vestimentaires ou automobiles. Peut-être que bientôt les clichés du Vespa et de la glace italienne seront accompagnés d’une grosse tête verte 😉

http://www.newsweed.fr/

Samedi 1 Octobre 2016 Des métaux lourds retrouvés dans l'alimentation des bébés

Fournis par Francetv info

Neuf polluants, dont des métaux lourds, sont présents dans l'alimentation des enfants en bas âge, à des doses pouvant représenter un risque, a averti l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) , mercredi 28 septembre, dans une étuded'une ampleur inédite.


De l'arsenic dans les petits pots



Pour cette enquête, l'organisme public a passé au crible pendant six ans près de 670 substances dans de nombreux produits consommés par les enfants de moins de trois ans."Le risque peut être écarté" pour plus de 90% des substances évaluées, rassure l'Anses. Mais pour neuf substances, retrouvées notamment dans le lait en poudre, les petits pots et les biscuits, l'agence évoque une situation "préoccupante", car "un nombre non-négligeable d'enfants présente une exposition supérieure aux valeurs toxicologiques de référence", souligne l'agence.

Parmi ces composés figurent trois métaux lourds, considérés comme toxiques : l'arsenic, présent surtout dans les petits pots à base de légumes et de poisson, le riz et les céréales infantiles, le nickel, dans les produits à base de chocolat, et le plomb, dans les légumes et l'eau.


L'Anses veut mettre en place des seuils réglementaires



Autres polluants retrouvés dans les assiettes des bambins : des toxines issues de moisissures, l'acrylamide, une substance qui se forme au moment de la cuisson à haute température de certains aliments, classée comme cancérogène possible. L'Anses incrimine aussi les dioxines, les furanes et les polychlorobiphényles (PCB), des composants chimiques aujourd'hui interdits, mais qui persistent très longtemps dans l'environnement.

Face à ce constat, l'Anses appelle à poursuivre les efforts pour "mieux comprendre l'origine de la présence de ces substances chimiques dans l'alimentation" et à prendre des mesures pour maîtriser les rejets dans l'environnement et fixer des seuils réglementaires d'exposition.

Samedi 1 Octobre 2016 Pourquoi les élites US veulent la Guerre Mondiale tout de suite

Alors que les États-Unis se préparent à mener une troisième guerre mondiale contre la Russie, les Russes montrent qu’ils sont prêts pour une confrontation complète contre les États-Unis et contre l’OTAN à tout moment. La troisième guerre mondiale (WW3) n’a jamais été aussi proche.

Comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises, l’aspect principal de cette saison politique ne concerne pas les élections, mais la guerre. Mais si les élections ont une importance quelque part, cela ne peut être qu’aux États-Unis où, encore une fois, elles sont étroitement liées à la guerre. Il y a deux jours, le samedi 17 Septembre, la probabilité de cette guerre a grimpé de manière vertigineuse. Comme nous le savons, les troupes américaines, qui n’ont jamais été invitées en Syrie, ont bombardé les positions de l’armée arabe syrienne à Deir ez-Zor. À la suite de l’attentat, au moins 60 soldats syriens ont été tués.

Cette frappe était extrêmement importante pour les terroristes sionislamistes d’ISIS, que les États-Unis conseillent et arment de façon informelle tout en prétendant les combattre. Ceci constitue le franchissement d’une ligne rouge. Bombarder les soldats syriens est une chose, mais cela signifie aussi une déclaration de guerre non seulement contre la Syrie, mais aussi contre la Russie, qui se bat en Syrie du côté du gouvernement syrien légitime de Assad. Et cela signifie aussi que nous avons atteint un point culminant.

Bien sûr, le leadership américain a immédiatement signalé que le raid aérien était une erreur et a mis en garde les dirigeants russes de n’exprimer aucune émotion. Mais les Américains ne peuvent que mentir ici, car la technologie moderne permet aux satellites de voir des objets à partir d’un ordinateur de bureau. Théoriquement, les bombardiers américains ne pouvaient pas se tromper de cibles. Et le plus important est : si l’on vous avait dit qu’ils se préparaient à vous bombarder, et que vous n’avez dit rien, est-ce que cela veut dire que vous êtes d’accord?

Il est tout à fait évident que les États-Unis se préparent à lancer une guerre contre la Russie. Les incidents frontaliers représentent des opérations de reconnaissance. Mais comment Moscou, Poutine, et le Kremlin réagiront-ils? Le point de non-retour n’a pas encore été franchi, mais la réaction de Moscou ne montre pas combien les Russes sont prêts pour une confrontation frontale directe avec les États-Unis et avec l’OTAN. C’est pour cela que l’attaque aérienne a été lancée contre les positions de l’armée arabe syrienne.

Le leadership sioniste impérialiste et globaliste américain ne peut évidemment pas gouverner le monde entier. De plus, Trump représente pour eux une menace pour leur contrôle sur l’Amérique elle-même. Le fait que la marionnette Barak Obama est toujours en fonction et que la candidate globaliste l’Hilarante Clinton se désintègre à vue d’œil devant les électeurs américains, représente, pour les élites de la Cabale, la dernière chance de commencer une guerre. Cela leur permettrait de reporter les élections, en laissant la marionnette en place, ou forcer Trump, s’il devait gagner, pour commencer sa présidence dans des conditions catastrophiques. Ainsi, les élites (néo-conservateurs, globalistes, sionistes) américaines ont besoin de la guerre. Et vite, avant qu’il ne soit trop tard. Si Trump obtient la Maison Blanche, il y aura la paix, et il n’y aura pas de guerre, au moins pour un avenir prévisible. Et cela signifierait la fin de l’omnipotence des élites mondialistes maniaques.

Ainsi, chaque point ici est très, très grave. Les idéologues de l’OTAN et les globalistes américains, tombant dans l’abîme, ont besoin de la guerre en ce moment, avant les élections américaines. Guerre contre nous, Russes. Pas tellement pour la victoire, mais pour leur processus lui-même. Ceci est la seule façon pour eux de prolonger leur domination en détournant l’attention des Américains et du monde entier de leur interminable série d’échecs et de crimes. Le jeu des globalistes a été révélé. Bientôt, ils vont devoir se retirer du pouvoir et comparaître devant les tribunaux. Seule la guerre peut sauver leur peau.

Mais qu’en est-il de nous, Russes? On n’a pas besoin de guerre. Ni maintenant, ni demain, jamais. Jamais dans l’histoire nous en avons eu besoin. Mais nous avons constamment combattu et, en fait, nous n’avons presque jamais perdu. Le coût des guerres qui nous ont été imposées a été terrible et nos efforts ont été colossaux, mais nous avons gagné. Et nous allons toujours gagner. Si ce n’était pas le cas, alors aujourd’hui nous n’aurions pas un pays tellement immense et sans aucun contrôle étranger.

Mais dans ce cas, nous avons besoin de gagner autant de temps que possible. Les Américains ont essentiellement attaqué nos positions, comme les Géorgiens à Tskhinvali en Août 2008. Les Russes sont sous le feu, ce qui ne peut être ignoré. Notre réaction est extrêmement prudente et équilibrée. Nous avons exprimé ce que nous pensons de cet acte d’agression américaine, mais en des termes très délibérées.

La fatalité de la situation réside dans le fait que, si Washington décide d’opter pour la guerre maintenant, alors nous ne pouvons pas l’éviter. Si Washington va insister et répéter encore et encore le coup du 17 Septembre, alors nous devrons relever le défi et aller à la guerre, ou admettre sciemment notre défaite.

Dans cette situation, le résultat de la lutte pour la paix qui est, comme toujours, pleinement de notre intérêt, ne dépend pas de nous. Nous avons vraiment besoin de la paix, pour gagner du temps jusqu’au 8 Novembre, et alors tout sera beaucoup plus facile. Mais est-ce que l’effondrement du colosse va nous permettre de gagner ce temps?

Dans tous les cas, notre objectif est toujours et seulement la victoire. Notre victoire.

Les Américains bombardent nos gars. Une troisième guerre mondiale n’a jamais été aussi proche.

                                               les infos ( Suite )