Les derniere infos de fevrier 2021

Translate All The Site Into The Language Of Your Choice

Vous Appréciez Ce Site ?

.

Consultez Les Chiffres Du Coronavirus Dans Votre Commune

Coronavirus en France : 23 996 nouveaux cas, des mesures immédiates réclamées


Mis à jour le 28/02/21 02:47

Le Premier ministre a invité samedi les préfets des 20 départements placés en "surveillance renforcée" à prendre des mesures immédiates. Le dernier bilan fait état de 23 996 nouveaux cas et 186 morts. Les dernières informations.

L’épidémie continue sa progression en France, d’après les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires. Samedi 27 février, 23 996 nouveaux cas et 186 décès ont été rapportés. Le point complet :

3 736 016 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 23 996 de plus
86 333 décès au total (Ehpad compris), soit 186 de plus
61 477 décès à l'hôpital, soit 186 de plus
24 989 hospitalisations en cours, soit 141 de moins
3 453 personnes actuellement en réanimation, soit 8 de plus
1 007 nouvelles entrées à l'hôpital et 208 nouvelles admissions en réanimation
Taux de positivité des tests : 7,2%

Les infos du samedi 27 février


Samedi matin, le Premier ministre Jean Castex, ainsi que les ministres de la Santé et de l'Intérieur, Olivier Véran et Gérald Darmanin, ont rencontré les préfets et les directeurs généraux des Agences régionales de santé (ARS) des 20 départements placés en "surveillance renforcée" jeudi soir lors de la conférence de presse. Alors qu'en fin de matinée la réunion se poursuivait, Jean Castex a estimé sur Twitter que "la question n’est pas d’être pour ou contre le confinement, mais de tout faire pour l’éviter". À l'issue de ce rendez-vous, Matignon a indiqué que Jean Castex demandait aux préfets de ces 20 départements des mesures immédiates telles que le "renforcement des contrôles des mesures mises en œuvre, l'optimisation de la campagne vaccinale, le déploiement des tests salivaires dans les établissements d'enseignement et le respect des directives relatives au télétravail".
Depuis vendredi soir, les Alpes-Maritimes et la métropole de Dunkerque ont été replacées sous cloche. Ces premiers confinements locaux en Métropole sont actés pour deux week-ends.
Le calme avant la tempête ? Dans son bilan de vendredi, Santé publique France a par ailleurs précisé que la situation dans "le système hospitalier risque de s’aggraver du fait de la hausse récente des infections dans la communauté qui se traduira d’ici quelques jours par une accentuation des nouvelles hospitalisations déjà à un niveau très élevé". Si pour l'heure les chiffres ne décollent pas, la hausse des contaminations de ces derniers jours, qui risque de perdurer dans les jours à venir, fait craindre une aggravation de la pression hospitalière, déjà sur un plateau haut.
Bonne nouvelle sur le front des vaccins ! Santé publique France a révélé vendredi que les premiers effets chiffrés de la vaccination se font sentir, avec notamment une baisse du taux d'incidence chez les 75 ans et plus. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique.

Coronavirus en France : 25 207 cas de plus, projections alarmistes à l'hôpital

Mis à jour le 27/02/21 14:45

Plus de 25 000 cas de coronavirus ont été enregistrés en 24h, vendredi 26 février. 286 sont, par ailleurs, à déplorer. "Les indicateurs se maintiennent à un niveau très élevé, témoignant de l'intensité de la circulation du SARS-CoV-2 sur le territoire", note Santé publique France.

L’épidémie continue sa progression en France, d’après les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires. 25 207 nouveaux cas ont été confirmés en 24h, vendredi 26 février. Le point complet :

3 712 020 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 25 207 de plus
86 147 décès au total (Ehpad compris), soit 286 de plus
61 291 décès à l'hôpital, soit 286 de plus
25 130 hospitalisations en cours, soit 187 de moins
3 445 personnes actuellement en réanimation, soit 15 de plus
Taux de positivité des tests : 7,1%

Les infos du vendredi 26 février


Dans le bilan publié vendredi 26 février, Santé publique France précise que "le système hospitalier risque de s’aggraver du fait de la hausse récente des infections dans la communauté qui se traduira d’ici quelques jours par une accentuation des nouvelles hospitalisations déjà à un niveau très élevé".
Un nouveau point épidémiologique a été publié par Santé publique France, qui témoigne d'une reprise à la hausse de la circulation du Covid-19 en France, ainsi que d'une prédominance désormais acquise des variants sur le territoire. SPF s'inquiète d'un certain calme avant la tempête à l'hôpital, car pour l'instant, les chiffres ne décollent pas, mais la hausse des contaminations de ces derniers jours et qui risque de perdurer dans les jours à venir font craindre une aggravation de la pression hospitalière, déjà sur un plateau haut. Par ailleurs, SPF révèle que les premiers effets chiffrés de la vaccination se font sentir, avec notamment une baisse du taux d'incidence chez les 75 ans et plus. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique.
Jean Castex a participé ce jeudi soir à la conférence de presse gouvernementale sur la situation du Covid-19 en France. Le Premier ministre n'a pas annoncé de nouveau confinement, déjà acté pour les deux week-ends à venir à Dunkerque et dans les Alpes-Maritimes, mais vingt départements sont menacés du même sort. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex.

Coronavirus : 25 403 nouveaux cas, nouvelles restrictions en vue

Mis à jour le 26/02/21 03:23

"Le virus gagne de nouveau du terrain depuis une semaine", a déploré Jean Castex, jeudi 25 février. Plus de 25 000 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures, et 261 décès sont à déplorer, d'après le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus.
L’épidémie continue sa progression en France, d’après les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires. Plus de 25 000 nouveaux cas ont été confirmés en 24h, jeudi 25 février. Le point complet :

3 668 813 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 25 403 de plus
85 582 décès au total (Ehpad compris), soit 261 de plus
60 981 décès à l'hôpital, soit 261 de plus
25 317 hospitalisations en cours, soit 297 de moins
3 430 personnes actuellement en réanimation, soit 6 de moins
1 454 nouveaux admis à l'hôpital (-182) et 301 en réanimation (-18)
254 868 personnes sorties de l'hôpital, soit 1 418 de plus
Taux de positivité des tests : 6,9%

Les infos du jeudi 25 février


"La situation sanitaire de notre pays s’est dégradée au cours des derniers jours. Nous avons compté hier plus de 30 000 cas positifs, un chiffre que nous n’avions plus atteint depuis novembre dernier", a précisé le Premier ministre lors d'une conférence de presse, jeudi 25 février. "Le virus gagne de nouveau du terrain depuis une semaine", a ajouté Jean Castex. Découvrez le dernier bilan complet.
"La situation épidémiologique et hospitalière dans d’autres agglomérations ou départements suscite une vigilance maximale car ces territoires cumulent des indicateurs défavorables", a également indiqué le chef du gouvernement. 20 départements vont ainsi être placés sous "surveillance renforcée". Un point sera fait la semaine prochaine pour décider si des "mesures renforcées" doivent être mises en place à partir du 6 mars.
C'est ce jeudi que débute la vaccination en médecine de ville ainsi qu'en entreprise. Cela concerne uniquement les personnes de 50 à 64 ans qui présentent certaines comorbidités, comme le diabète, l'obésité, les cancers ou certaines maladies cardio-vasculaires ou respiratoires.

Coronavirus en France : 31 519 nouveaux cas, le gouvernement en alerte

Mis à jour le 25/02/21  03:47

Alors qu'un confinement partiel les week-ends vient d'être annoncé à Dunkerque, la hausse du nombre de nouveaux cas se poursuit, et franchit le cap des 30 000 ce mercredi 24 février. Pour l'heure, aucun allègement des mesures n'est prévu dans les régions moins touchées par le virus.

Les infos du mercredi 24 février
Olivier Véran vient d'annoncer un confinement les week-ends à Dunkerque de ce vendredi et à l'image de celui appliqué dans les Alpes-Maritimes, soit du vendredi soir, 18h, jusqu'au lundi matin 6h. Les mesures portent aussi sur la fermeture des surfaces commerciales de plus de 5000m² avec une autorisation pour pratiquer le click and collect et une jauge d'accueil qui passe à 15m² par client dans les autres commerces. Le port obligatoire du masque s'étend à toute l'agglomération et la consommation d'alcool est interdite dans le centre-ville.
Jean Castex prendra la parole demain à 18h lors d'une conférence de presse pour faire le point sur l'épidémie en France après l'annonce d'une nouvelle augmentation des contaminations.
La situation se montre "très préoccupante dans une dizaine de département et certains territoires imposent des décisions et des mesures rapides et fortes" a annoncé Gabriel Attal, à la sortie du conseil des ministres. Da façon générale, les chiffres de l'épidémie repartent à la hausse en France a prévenu le porte-parole du gouvernement. Face a cette nouvelle évolution, le gouvernement conserve sa stratégie d'adopter des mesures "localisées au bon moment" mais aucun allègement n'est à prévoir dans les zones épargnées par l'épidémie.
Les derniers chiffres sur l'évolution du Covid-19 en France ne sont pas bons : les hospitalisations augmentent légèrement, 3435 personnes sont actuellement en service de réanimation (voir bilan complet plus bas).
Pour certains experts, instaurer de nouvelles restrictions territorialisées pour contrer l'épidémie ne suffira pas. "Ce sont des mesures locales qui sont prises alors que l'incendie est largement allumé", avertit le professeur Gilles Pialoux sur France Info. "On est dans des mesures partielles parce qu'on a diabolisé le mot du confinement, donc toute la politique est organisée pour l'éviter, ce qui est une stratégie d'erreur. Les variants ont impulsé une vitesse tout à fait différente et ils rendent ces mesures salvatrices mais on voudrait des mesures préventives. La situation de la Moselle, de Dunkerque et des Alpes-Maritimes ne sera pas circonscrite. Ce sont des problématiques nationales", dit le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon à Paris". Faut-il donc en confinement dans toute la France ?
L'épidémie de Covid en France continue sa transformation, le variant anglais prend peu à peu la place de la souche historique. Selon les projections de l'Inserm, les mesures actuelles de restriction de liberté ne permettront pas d'arrêter la circulation de la maladie, dont la progression semble désormais inévitable.

Coronavirus en France : 24 116 cas en plus, quel scénario pour les prochaines semaines ?

Mis à jour le 20/02/21 03:45

Alors que le nombre de contaminations au Covid-19 est en hausse ce vendredi 12 février par rapport à la semaine dernière, Emmanuel Macron s'est fixé un nouveau cap. D'ici "8 à 10 jours", il devrait se prononcer sur un allègement ou un renforcement des mesures de restriction.

Comme chaque fin de semaine, Santé publique France a publié son point épidémiologique faisant état avec précision de l'évolution du Covid-19 en France. Cette semaine, SPF fait part de bonnes nouvelles, comme la baisse de la circulation du coronavirus dans le pays ou la pression moindre sur l'hôpital. Mais "avec la progression soutenue des variants plus transmissibles, (...) une aggravation de la situation épidémiologique dans les prochaines semaines fait partie des scénarios à envisager, comme en attestent certains travaux de modélisation", avertit Santé publique France.
Emmanuel Macron se donnerait "huit à dix jours" pour décider ou non d’un renforcement ou d’un allégement des mesures restrictives liées à l’épidémie de Covid-19, rapporte Le Figaro. C’est ce qu’aurait déclaré le Président de la république devant une vingtaine d’élus de la majorité, alors que le couvre-feu est en vigueur en France depuis le 15 décembre 2020.
L'inquiétude liée aux variants a été répétée par Jean Castex, en déplacement à Bordeaux ce vendredi. "Il y a beaucoup d'incertitudes, il y a les variants... Ca reste compliqué, ça reste préoccupant", a déclaré le Premier ministre, avertissant plus généralement sur le fait que "le virus est toujours là".
Selon les derniers chiffres du ministère de l'Education nationale, 66 établissements scolaires et 1 195 classes sont actuellement fermées, après la détection d'au moins un cas de Covid-19.
Olivier Véran a tenu une conférence de presse jeudi. Le ministre de la Santé a réalisé un point d'étape sur les principaux thèmes du moment liés au Covid-19 : variants, vaccination, mesures de restrictions... Retrouvez l'essentiel des annonces d'Olivier Véran.

Le Covid-19 continue de se propager de manière inquiétante en France. D'après le dernier bilan des autorités sanitaires, publié ce vendredi 19 février, 24 116 nouveaux cas de contaminations ont été recensés en 24 heures. Un chiffre en hausse par rapport au bilan de vendredi dernier, puisqu'on comptait 20 701 cas supplémentaires. Les hospitalisations continuent de baisser, avec 256 patients de moins en un jour. 3 380 malades occupent les services de réanimation, c'est 14 de moins que jeudi 18 février. Avec 571 nouveaux décès comptabilisés, dont 325 à l'hôpital, ce sont désormais 83 964 personnes qui sont décédées en France depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Voici les derniers chiffres de l'épidémie :

3 560 764 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 24 116 de plus
83 964 décès au total (Ehpad compris), soit 571 de plus
59 484 décès à l'hôpital, soit 325 de plus
246 décès de plus en Ehpad depuis mardi
25 506 hospitalisations en cours, soit 256 de moins
3380 personnes actuellement en réanimation, soit 14 de moins
1543 nouveaux admis à l'hôpital (+57) et 309 en réanimation (+48)
248 457 personnes sorties de l'hôpital, soit 1330 de plus
Taux de positivité des tests : 6%, stable
NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Ce vendredi elles sont extraites du site Géodes, de Santé publique France et ne sont pas consolidées. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis

le boom épidémique va arriver en France, selon l'Inserm

Mis à jour le 16/02/21 19:15

L'Inserm a élaboré différents scénarios sur l'évolution de l'épidémie, selon l'issue la plus probable, le variant britannique deviendrait la souche dominante du Covid-19 en France entre la dernière semaine de février et la première de mars. Alors, les mesures barrières ne suffiraient plus pour limiter le nombre de contaminations.
Les jours se suivent et se ressemblent pour ce qui est des chiffres du Covid-19, tant au niveau des nouveaux cas détectés que de la situation hospitalière. Selon le dernier bilan de Santé publique France, on observe une stabilisation du plateau élevé des chiffres, avec notamment 26 478 malades du Covid-19 à l'hôpital, dont 1 431 arrivés au cours des dernières 24 heures. 306 nouveaux patients ont été admis en réanimation au cours des dernières 24 heures. 4 376 nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été identifiés, contre 16 646 la veille, mais les chiffres du lundi soir sont toujours à relativiser compte tenu du fait que la plupart des laboratoires sont fermés le dimanche. Retrouvez le dernier bilan complet.
Si la Moselle a concentré bien des inquiétudes ces derniers jours, Dunkerque et ses alentours ne sont pas en reste puisque ce territoire est également très touché par la propagation d'un des variants du Covid-19, en l'occurrence celui d'origine britannique. Pour faire face à la situation, l'Agence régionale de santé annonce que 2 400 doses supplémentaires du vaccin Moderna vont être livrées à Dunkerque.
Une opération de dépistage massif va avoir lieu en Dordogne après la découverte de six foyers de contaminations aux variants du Covid-19. On compte pour l'heure 160 cas de variants sud-africain et brésilien répartis dans plusieurs Ehpad du département. Toutefois, aucune "diffusion massive" en population générale n'est observée pour l'instant, a tenu à rassurer la préfecture.
Ursula von der Leyen annonce ce mardi la création d'un programme européen chargé d'étudier les variants du Covid-19. Dans une interview accordée aux Echos, la présidente de la Commission européenne précise que cela réunira dès demain "les laboratoires, les autorités sanitaires, les scientifiques, et la Commission européenne, avec d’importants fonds dédiés".
Les laboratoires Cerba rapportent que 35% des cas positifs au Covid-19 s'avèrent être des variants anglais. Les chiffres ont encore grimpé depuis la dernière enquête Flash. Désormais les régions les plus touchées sont l'Île-de-France avec 40 à 45% de cas de virus britanniques, mais aussi les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Aquitaine et les Hauts-de-France.
L'Inserm a étudié les différents scénarios sur l'évolution de l'épidémie, dans l'issue le plus probable, le virus anglais deviendrait la souche dominante sur le territoire Français entre fin-février et début mars, avec des pénétrations du virus disparates selon les régions. Dans ce cas, les mesures actuelles ne seraient plus assez efficaces pour contenir l'épidémie sur le long-terme et les vaccinations auraient un impact limité. Consultez l'étude de l'Institut.

Coronavirus en France : 25 387 nouveaux cas, du mieux à l'hôpital

Mis à jour le 11/02/21 03:45

Le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus en France, communiqué par Santé publique France ce mercredi 10 février, fait état de 25 387 nouveaux cas en 24 heures. Si le chiffre reste très élevé, il l’est moins que mercredi dernier (975 de moins). Le nombre de décès liés au Covid-19 s’élève quant à lui à 296 (en 24 heures), soit 61 de moins par rapport à mercredi dernier. À noter enfin, les soldes baissent pour le deuxième jour consécutif du côté des hospitalisations et des réanimations. Enfin, sur les nouvelles admissions en 24h, on est en légère hausse sur les réanimations (7 de plus que mercredi dernier), mais en baisse sur les nouvelles entrées à l'hôpital (-353). Le bilan détaillé ci-dessous :

3 385 622 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 25 387 de plus
80 443 décès au total (Ehpad compris), soit 296 de plus
56 772 décès à l'hôpital, soit 296 de plus
27 461 hospitalisations en cours, soit 216 de moins
3319 personnes actuellement en réanimation, soit 23 de moins
1525 nouveaux admis à l'hôpital (-401) et 282 en réanimation (-51)
237 113 personnes sorties de l'hôpital, soit 1396 de plus
NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.

Les infos du mercredi 10 février
Ce mercredi 10 février, les chiffres de l'épidémie montrent bien que le coronavirus en France circule encore. Le pays est sur un plateau haut, qui se stabilise autour de 20 000 cas de contaminations par jour. Mais si le Covid-19 semble contenu, les variants bien plus contagieux sont de plus en plus présents sur le territoire, un boom épidémique n'est pas exclu si les mutations prennent rapidement la place des formes originelles du virus.
Ce mercredi, le virologue Bruno Lina, membre du conseil scientifique, a indiqué sur France Inter que "les variants brésilien et sud-africain sont présents en France, mais avec des niveaux de pénétration beaucoup moins importants que le variant britannique". Environ 200 personnes sont contaminées par jour par ces mutations, a-t-il estimé. Le médecin a considéré que "c'est entre le 1er et le 15 mars que ce variant anglais, qui prend le pas sur les autres, deviendra majoritaire en France". Il a aussi alerté sur la transmission du Covid dans la région francilienne : "L’Île-de-France est la région dans laquelle la circulation de ce variant anglais est la plus importante. Il représente aujourd'hui 30 à 35% du virus, en Normandie, ils sont environ autour de 10% seulement".
Un nouveau conseil de défense sanitaire était organisé ce mercredi matin, comme chaque semaine. L'exécutif poursuit son objectif de ne pas imposer de confinement, comme l'a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.
Le professeur de médecine Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP, appelle à un nouveau confinement, dans une tribune pour Le Monde. Alors que l’épidémie de coronavirus continue de s’étendre en France avec la montée en puissance des variants, il recommande un confinement "vite", "fort" mais "le moins de temps possible".
Des scientifiques de l'Inserm émettent l'hypothèse selon laquelle le Covid-19 circulerait en France depuis novembre 2019, ils ont réalisé une analyse rétrospective sur 9000 échantillons recueillis entre le 4 novembre et le 16 mars 2020. Leur résultats ont démontré que 353 participants présentaient les anticorps du Covid-19 et parmi eux 13 avaient été échantillonnés entre novembre et janvier, certains répondaient des symptômes du Covid-19 sur la même période.

Coronavirus en France : 18 870 nouveaux cas, nouvel appel au confinement

Mis à jour le 10/02/21 03:44

Alors que la France reste sur un plateau épidémique élevé, le directeur médical de crise de l'AP-HP appelle à un reconfinement "fort" mais rapide.

Le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus en France, communiqué par Santé publique France, fait état de 18 870 nouveaux cas en 24 heures, mardi 9 février. Soit -4467 de moins que la semaine dernière, le même jour. Le nombre de décès liés au Covid-19 s’élève quant à lui à 436 (en 24 heures). L’actualisation des décès en Ehpad explique le nombre de morts élevé. Au total, on recense deux décès en moins par rapport au bilan de mardi dernier. À noter enfin, on recense 258 nouvelles entrées à l’hôpital en moins que mardi dernier, et 35 nouvelles entrées en réanimation de moins. Le bilan détaillé :

3 360 235 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 18 870 de plus
181 965 cas en Ehpad (chiffre mis à jour ce soir)
80 147 décès au total (Ehpad compris), soit 724 de plus
56 476 décès à l'hôpital, soit 436 de plus
23 671 décès en Ehpad, soit 288 de plus depuis vendredi
27 677 hospitalisations en cours, soit 360 de moins
3342 personnes actuellement en réanimation, soit 21 de moins
1926 nouveaux admis à l'hôpital (+37) et 333 en réanimation (-22)
235 717 personnes sorties de l'hôpital, soit 1724 de plus
Taux de positivité des tests : 6,3%, soit -0,1 point de moins
NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.

Les infos du mardi 9 février
Le professeur de médecine Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP, appelle à un nouveau confinement, dans une tribune pour Le Monde. Alors que l’épidémie de coronavirus continue de s’étendre en France avec l’arrivée de variants, il recommande un confinement "vite", "fort" mais "le moins de temps possible".
Les variants du Covid-19 se propagent de manière considérable en France. Désormais, selon l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet, 20% des tests PCR positifs révèlent la présence de la souche découverte au Royaume-Uni. Si ces variants sont considérés comme plus contagieux, les chiffres de circulation du coronavirus n'observent pas de flambée. Selon les derniers bilans de Santé publique France des dernières semaines, on stagne autour de 20 000 nouveaux cas quotidiens, ce qui reste élevé, mais l'émergence des variants n'a - pour l'instant - pas provoqué de vague épidémique.
Olivier Véran était l'invité de France Info ce mardi. Le ministre de la Santé a fait quelques annonces, notamment sur les variants, précisant que leur propagation augmentaient "d'environ 50% par semaine, c'est-à-dire qu'ils augmentent vite mais moins vite dans les pays qui n'étaient pas sous couvre-feu". Olivier Véran a également évoqué le confinement, annonçant que la mesure n'était toujours pas justifiée à ce stade et qu'il était "possible que l'on ne soit jamais reconfinés". "Le confinement n'est pas un choix de facilité et de sécurité, c'est un choix de nécessité quand la situation épidémique nous échappe. Ce n'est pas le cas", a-t-il ajouté. Enfin, au sujet de la vaccination, le ministre a concédé des engorgements dans la prise de rendez-vous, mais a promis une situation plus fluide en mars. "On est complet jusqu'à la fin de février, des créneaux vont être ouverts au mois de mars", a-t-il indiqué.

Coronavirus en France : 23 448 nouveaux cas, inquiétudes à l'hôpital

Mis à jour le 05/02/21 03:32

Lors de la conférence de presse du gouvernement, Jean Castex a fait part d'une situation sanitaire fragile,

 avec une moyenne de 20 000 contaminations par jour.

 Un chiffre confirmé par le dernier bilan de l'épidémie, qui enregistre plus de 23 000 cas en 24 heures.

Le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus en France, communiqué par Santé publique France, fait état jeudi 4 février de 23 448 nouveaux cas enregistrés dans les dernières 24 heures, soit 322 de moins par rapport à jeudi dernier.

 Le nombre de décès est, lui, en hausse cependant, avec 13 victimes de plus par rapport à la semaine précédente. Une même hausse observée pour les nouvelles admissions à l'hôpital et en réanimation en une semaine. Le détail des chiffres :

3 274 608 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 23 448 de plus
77 952 décès au total (Ehpad compris), soit 357 de plus
54 927 décès à l'hôpital, soit 357 de plus
27 766 hospitalisations en cours, soit 189 de moins
3 240 personnes actuellement en réanimation, soit 37 de moins
1 752 nouveaux admis à l'hôpital (-126) et 275 en réanimation (0)
229 944 personnes sorties de l'hôpital, soit 1472 de plus
Taux de positivité des tests : 6,7%


NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. 

Ce jeudi, elles sont extraites du site Géodes, de Santé publique France et ne sont pas consolidées.

 Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis 

Les infos du jeudi 4 février 2021


Le coronavirus en France est dans une situation "préoccupante", mais "stable". C'est le constat de Jean Castex ce jeudi soir, lors de la grande conférence de presse du gouvernement qu'il présidait. Lors de son discours, Jean Castex a confirmé qu'il n'était toujours pas prévu de reconfiner dans l'immédiat et précisé qu'aucune restriction de circulation ne serait prise pour les vacances.
Les variants du Covid "ne constituent pas une menace potentielle mais bien réelle", a néanmoins prévenu Jean Castex, réaffirmant qu'ils "peuvent conduire à des flambées épidémiques" comme au Royaume-Uni, en Irlande ou au Portugal. Le Premier ministre a évoqué les dernières données disponibles qui chiffrent la progression des variants du Covid de 3% à 14% des tests positifs entre début et fin janvier. "En cas de nécessité, nous n'hésiterions pas", a-t-il prévenu appelant les Français à éviter tout relâchement.
Le Premier ministre a aussi promis l'ouverture "dans les prochains jours" d'1,7 million de rendez-vous supplémentaires fin février et mars, pour des premières injections de vaccins contre le Covid-19. "Nous gardons pour objectif de proposer la vaccination à toutes les personnes de plus de 65 ans d'ici le mois de mai et d’avoir couvert tous les Français adultes d'ici la fin de l’été", a ajouté Jean Castex, confirmant l'objectif fixé mardi soir par Emmanuel Macron.
Selon les derniers chiffres de Santé publique France, la situation à l'hôpital est toujours critique et reste sur un plateau haut, avec 27 953 patients hospitalisés pour Covid-19, dont 3 267 en réanimation. Du côté des nouveaux cas quotidiens (+26 362 ces dernières 24 heures), on reste également sur des chiffres élevés. Il s'agit même du deuxième bilan le plus élevé sur le mois écoulé, après le 20 janvier et les 26 784 cas supplémentaires.

Coronavirus en France : 26 362 nouveaux cas, l'épidémie sur le fil

Mis à jour le 04/02/21 03:36

Alors que les indicateurs de l'épidémie de coronavirus en France restent à la hausse, le dernier bilan de Santé publique France enregistre plus de 26 000 nouveaux cas en 24 heures.

Selon le dernier bilan de l'épidémie de Covid-19, communiqué mercredi 3 février par Santé publique France, 357 décès supplémentaires ont été enregistrés en 24 heures, soit sept morts de plus par rapport aux données de mercredi dernier. En revanche, le nombre de nouveaux cas est à la baisse, avec 554 cas de moins par rapport à mercredi dernier, soit un bilan de 357 cas supplémentaires en 24 heures. De même, les admissions à l'hôpital sont en baisse, avec 53 entrées en moins d'une semaine à l'autre, et 43 en moins en réanimation. Les derniers chiffres :

3 251 160 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 26 362 de plus
77 595 décès au total (Ehpad compris), soit 357 de plus
54 570 décès à l'hôpital, soit 357 de plus
27 955 hospitalisations en cours, soit 116 de moins
3277 personnes actuellement en réanimation, soit 3 de moins 228
472 personnes sorties de l'hôpital, soit 1576 de plus
NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.


La tendance épidémique du coronavirus en France n'est guère rassurante, plusieurs indicateurs sont préoccupants.

Mis à jour le 03/02/21 19:14

Les infos du 3 février 2021


Une conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran est prévue jeudi à 18 heure. Le Premier ministre, le ministre de la Santé et d'autres membres du gouvernement y feront le point sur l'évolution de la crise sanitaire et les mesures de restriction pour lutter contre le Covid-19, à quelques jours des vacances de février.
L'évolution de l'épidémie du coronavirus en France suit une tendance à la hausse, même si l'on reste encore sur "un plateau" des cas de contamination. Le dernier bilan est préoccupant, avec 2189 hospitalisations dont 369 en réanimation en 24 h. Sur une semaine, le moyenne est de plus de 330 décès, 270 réanimations et 1600 hospitalisations par jour (voir bilan complet plus bas).
Ce mercredi, un nouveau Conseil de défense sanitaire est organisé à l'Elysée autour d'Emmanuel Macron.
Selon France Info, le gouvernement n'envisage pas de renforcer les mesures de restriction cette semaine. Le média, qui s'appuie sur une source ministérielle, indique que l'exécutif attend d'évaluer les effets du dispositif renforcé, mis en place dimanche dernier.
Dans une allocution en direct sur TF1, hier soir, Emmanuel Macron a toutefois appelé les Français à une "extraordinaire responsabilité". "Ce n'est pas notre stratégie de vaccination qui permettra d'éviter à court terme un reconfinement ou non", a-t-il déclaré, ajoutant que "tous les Français qui le souhaitent" pourraient être vaccinés "d'ici la fin de l’été".
Sur RTL, la ministre déléguée de l'industrie a assuré avoir "mis en place un commando vaccin, avec des experts du public et du privé, l'enjeu étant de mettre en relation l'ensemble des sous-traitants et des fabricants de vaccins pour lever tous les freins à la production". Quatre sites pharmaceutiques vont commencer à produire des vaccins anti-Covid, en France "dès fin février, début mars", a précisé Emmanuel Macron.
La Haute autorité de Santé a approuvé le vaccin AstraZeneca, il sera administré aux moins de 65 ans dans quelques jours.

ce mardi 2 février 2021, fait remonter 23 337 cas supplémentaires de coronavirus (1251 cas de plus que mardi dernier)

Mis à jour le 02/02/21 17:41


Le bilan du coronavirus en France, communiqué ce mardi 2 février 2021, fait remonter 23 337 cas supplémentaires de coronavirus (1251 cas de plus que mardi dernier). On dénombre 726 décès en 24 heures dans les hôpitaux. Les chiffres continuent donc d’augmenter, puisqu’on observe 114 morts de plus dans ce bilan que dans celui de mardi dernier, dont 54 de plus à l’hôpital. Les nouvelles entrées à l'hôpital sont également signifiantes : 2189, soit 187 de plus que mardi dernier. La barre des 28 000 patients à l'hôpital a été franchie. Retrouvez l’intégralité des données mises à jour ci-dessous :

3 224 798 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 23 337 de plus
77 238 décès au total (Ehpad compris), soit 726 de plus
54 213 décès à l'hôpital, soit 404 de plus (322 en Ehpad depuis vendredi)
28 029 hospitalisations en cours, soit 115 de plus
3270 personnes actuellement en réanimation, soit 42 de plus
2189 nouveaux admis à l'hôpital (+441) et 369 en réanimation (+51)
226 865 personnes sorties de l'hôpital, soit 1546 de plus
Taux de positivité des tests : 6,6%, soit -0,1 point de moins
NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Ce mardi, il s'agit des données non consolidées publiées par Santé publique France sur son site Géodes. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut')

Coronavirus en France : 4 347 nouveaux cas, ça se durcit encore

Mis à jour le 02/02/21 03:42

Alors que le gouvernement évite à tout prix un reconfinement, les données liées au coronavirus sont scrutées chaque jour. Ce lundi 1er février, 455 décès supplémentaires ont été recensés dans les hôpitaux.

Le bilan du coronavirus en France, communiqué ce lundi 1er février 2021, fait remonter 4 347 cas supplémentaires (107 cas de plus que lundi dernier). On dénombre 455 décès en 24 heures dans les hôpitaux (10 de plus que lundi dernier). Il convient de noter que le nombre de cas est toujours très bas le lundi, du fait du week-end. Du côté des nouvelles hospitalisations liées au coronavirus, la dynamique semble moins forte. Néanmoins, le total approche des 28 000 hospitalisations. Soit un niveau similaire au 4 avril 2020 et au 4 novembre, où la barre des 28 000 hospitalisations avait été franchie. La France était alors en plein confinement.

3 201 461 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 4 347 de plus
76 512 décès au total (Ehpad compris), soit 455 de plus
53 809 décès à l'hôpital, soit 455 de plus
27 914 hospitalisations en cours, soit 301 de plus
3228 personnes actuellement en réanimation, soit 70 de plus
1748 nouveaux admis à l'hôpital (+932) et 318 en réanimation (+170)
225 319 personnes sorties de l'hôpital, soit 913 de plus
NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut')

Coronavirus en France : ça grimpe à l'hôpital, de nouveaux vaccins arrrivent

Mis à jour le 01/02/21 17:23

La France est toujours sous la menace d'un boom épidémique, les autorités surveillent les chiffres avec minutie, et ils ne sont pas enthousiasmants.

Les infos du 1er février 2021


Ce lundi 1er février, la tendance épidémique du coronavirus en France est toujours préoccupante. Sur une semaine, les données montrent que les hospitalisations de Covid et les cas en réanimations augmentent. Le nombre de cas de contamination est encore à la hausse, même si celle-ci est plus contenu que mi-janvier. "On a vu une décélération du nombre de cas de contamination la semaine dernière. Le couvre-feu a bien un effet. Mais est-il suffisant ?" s'est interrogé ce lundi matin le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur France Info, ajoutant : "On regarde au jour le jour les indicateurs". Un nouveau Conseil de défense sanitaire se déroulera ce mercredi pour juger les nouveaux chiffres.
Dans une interview accordée au JDD hier, Olivier Véran a indiqué que le variant anglais circule "de manière moins intense en France qu'à l'étranger où des hausses de 70 à 100 % ont été relevées". Le reconfinement pourrait encore être annoncé par Emmanuel Macron dans les prochains jours si le gouvernement l'estime nécessaire. Retrouvez toutes les infos dans notre article dédié au confinement.
Sur LCI ce lundi matin, le professeur Axel Kahn, président de la Ligue contre le Cancer, se montre inquiet. "La situation pour les personnes malades d'autres maladies que la Covid 19, à nouveau, est très inquiétante : par les reports des interventions et, surtout, par la perte de confiance en l'hôpital". Et d'ajouter, sur le maintient du couvre-feu : "Le 2e pic dans lequel on est toujours a été beaucoup plus meurtrier que le 1er. Un plateau élevé c'est le pire de tout".
Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes, a fait savoir ce lundi matin que les vaccins AstraZeneca arrivaient très bientôt. "On va accélérer les livraisons dès la fin de la semaine pour avoir, dès début de semaine prochaine, les doses nécessaires pour commencer à vacciner", a-t-il indiqué sur France Inter.
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe a été testé ce lundi matin positif au Covid-19, a indiqué à l'AFP et à BFMTV son entourage, en affirmant que le maire du Havre se "portait bien".


Les derniere infos Suite