ha, le mois de juin derniere infos

Translate All The Site Into The Language(Tongue) Of Your Choice

Vous Appréciez Ce Site ?

Contribué

a son

évolutions en

faisant un don

Merci

Pollution : à Sceaux, laisser tourner son moteur à l'arrêt coûtera une amende de 135 euros

Philippe Laurent, le maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine) a décidé de sanctionner les automobilistes qui laissent tourner le moteur de leur voiture alors qu'ils sont à l'arrêt. Il a pris un arrêté en ce sens, qui punit désormais cette mauvaise habitude de 135 euros d'amende.

"Une facilité qui n'est pas acceptable"
La police municipale de Sceaux sera particulièrement vigilante "devant les lycées", annonce le maire, où "les parents viennent chercher les enfants et laissent tourner la voiture pour recharger le portable ou parce qu'il y a le chauffage". Même chose pour "les conducteurs de bus qui sont en attente", prévient encore le maire pour qui ce réflexe est "une facilité qui n'est pas acceptable".

Philippe Laurent rappelle que sa décision "est prévue par la loi depuis 1963 [l'article 2 de l'arrêté du 12 novembre 1963 relatif aux fumées produites par les véhicules automobiles]. C'est vous dire si ce n'est pas nouveau !" Ne pas couper son moteur à l'arrêt était donc déjà interdit. "Ce n'était pas appliqué, nous l'appliquons", tranche l'élu qui espère faire des émules.

Automobile : la police va mieux traquer les véhicules non assurés

Grâce à un fichier, les forces de l’ordre peuvent, à la lecture de la plaque d’immatriculation, identifier les véhicules non assurés.
En France, 700 000 automobilistes prendraient le volant sans être assurés. Pour les repérer, le fichier des véhicules assurés, (FVA) annoncé par décret le 24 juillet, entre en vigueur ce mardi. Désormais, à la lecture de la plaque d’immatriculation, les forces de l’ordre pourront savoir si tel ou tel véhicule est assuré ou non. Les contrevenants s’exposent à une amende de 3 750 euros.

Par ailleurs, à terme, le centre de traitement des amendes de Rennes pourra vérifier si les automobilistes flashés par un radar automatique sont assurés. Dans le cas contraire, en plus de leur excès de vitesse, ils seront verbalisés pour le défaut d’assurance.

En 2018, 30 873 personnes ont été touchées en France par un accident impliquant un conducteur qui n’était pas couvert par une assurance. Ce chiffre est en augmentation de 12 % depuis 2013, selon le rapport publié en mars par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommage (FGAO), l’organisme public qui prend en charge l’indemnisation des victimes d’automobilistes non-assurés.

Au total, ce fonds a versé 119 millions d'euros aux victimes de ces accidents. En revanche, les automobilistes non assurés s’exposent à devoir rembourser des sommes astronomiques aux victimes, en cas de blessures.

Des contrôles d’abord à Paris
Dans 76 % des cas, les automobilistes qui circulent sans assurance sont des hommes qui, pour près de la moitié (46,2 %), ont moins de 30 ans et qui, pour 31 % d’entre eux, sont au chômage. Parmi ces non-assurés, deux autres catégories émergent : il y a les négligents mais aussi les délinquants qui cumulent les délits.

Le baromètre note que dans 26 % des cas, ces derniers roulaient sans permis, 18 % d’entre eux étaient en état d’ivresse et 1 % roulait sous l’emprise de la drogue.

Etats-Unis : nouvel accident mortel d’une Tesla en pilotage automatique

La Tesla, dont le pilotage automatique était activé, a percuté un semi-remorque.
Les soucis se multiplient pour le constructeur automobile Tesla. Après l’incendie de plusieurs voitures au cours des dernières semaines, une voiture coincée sur les glissières de sécurité de l’A 404 en France, l’Autopilot, le système de pilotage automatique, d’une Model 3 est de nouveau mis en cause dans un accident mortel aux Etats-Unis. C’est le troisième accident mortel impliquant ce système.

Début mars, la berline électrique est entrée en collision avec un semi-remorque sur une route à Delray Beach en Floride. Selon les images des caméras de vidéosurveillance, le semi-remorque débouchait de la bretelle d’une route à quatre voies et a barré la route à la Model 3. Celle-ci lui est alors rentrée dedans. La vitesse était limitée à 88 km/h mais la Model 3 à un peu plus de 109 km/h. Le conducteur d’une cinquantaine d’années est décédé.

Telsa tente de rassurer
Selon le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain, le système de pilotage automatique était activé. Le système n’a pas détecté la présence des mains du conducteur sur le volant dans un laps de temps de moins de huit secondes ayant précédé l’accident.

Tesla n’a pas tardé à réagir. Selon le constructeur, les conducteurs de voitures Tesla « ont déjà avalé plus d’un milliard de miles avec Autopilot activé et nos données montrent que, s’il est utilisé proprement par un conducteur attentif, prêt à reprendre le contrôle de la voiture à tout moment, les conducteurs utilisant Autopilot sont plus en sécurité que ceux roulant sans aide à la conduite. » Et de rappeler aux conducteurs qu’ils doivent rester attentifs même lorsque ce logiciel est activé.

Plus anecdotique, une Tesla s’est retrouvée, jeudi, dans une position insolite posée sur une glissière de sécurité sur l’autoroute A 404 dans le sens Bourg/Oyonnax. Selon la gendarmerie de l’Ain, l’atterrissage s’est fait en douceur et la conductrice n’a pas été blessée.

GILETS JAUNES, EN DIRECT : 9.500 MANIFESTANTS EN FRANCE, DONT 1.500 À PARIS

Pour la première fois depuis le début du mouvement, aucun appel à manifester n'a été relayé sur les réseaux sociaux dans le cadre du 29e samedi consécutif de mobilisation des gilets jaunes.

18H59
9.500 gilets jaunes ont défilé dans les rues de France, dont 1.500 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur, en ce 29e samedi de mobilisation. La semaine dernière, ils étaient 12.500 manifestants en France, dont 2.100 à Paris.

14H53
Près de 2.000 personnes manifestent dans les rues de Paris samedi, 29e acte des «gilets jaunes», sous le soleil et dans une ambiance festive, malgré une mobilisation clairsemée, a constaté un journaliste AFP. Partis vers 13H00 de la place Denfert Rochereau dans le XIVe arrondissement, les manifestants, parfois équipés de sifflets ou de tambours, devaient rejoindre la place de la Nation. «Justice sociale justice fiscale», «anti, anti, anticapitaliste», pouvait-on notamment entendre dans le cortège, qui semblait un peu plus maigre que celui de la semaine passée, qui comptait 2.100 manifestants selon le ministère de l'Intérieur.

11H05
Priscillia Ludosky, figure du mouvement depuis ses débuts, a relayé un autre appel à une manifestation déclarée, cette fois-ci au départ de la place Denfert-Rochereau, avec un rassemblement à 11 heures et un départ à 13 heures. Le cortège doit se disperser place de la Nation.

10H32
Sur Facebook, plusieurs groupes de «gilets jaunes» appellent à une manifestation au départ de la porte Dauphine. Le rassemblement est prévu à 10h30 et le cortège doit s'élancer à midi. Cette manifestation doit s'achever au métro Villiers, dans le 17e arrondissement de Paris. Le parcours initial devait être différent. Les organisateurs, qui ont déclaré leur manifestation, avaient prévu de défiler sur les Champs-Elysées. Ils affirmaient, vendredi, avoir envoyé une requête au tribunal administratif pour en obtenir l'autorisation. Mercredi, la préfecture de police de Paris avait annoncé une interdiction de manifester autour de cette avenue, ainsi que de l'Assemblée nationale et de l'Elysée, et dans le secteur de Notre-Dame.

VENDREDI 31 MAI
20H05
Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, assure dans une interview au Parisien que des policiers mis en cause pour des violences lors de manifestations de gilets jaunes seront renvoyés devant le tribunal correctionnel «d'ici la fin de l'année».

«Il y aura des classements sans suite» et «des renvois de policiers devant le tribunal correctionnel d'ici la fin de l'année», a indiqué M. Heitz dans cet entretien paru jeudi.

Parmi les 174 enquêtes ouvertes pour des violences impliquant les forces de l'ordre, 57 dossiers sont en cours d'analyse au parquet, qui doit désormais décider des suites judiciaires, a-t-il précisé. Il a annoncé par ailleurs avoir ouvert huit informations judiciaires confiées à des juges d'instruction pour des violences impliquant des membres des forces de l'ordre.

JEUDI 30 MAI

18H47
12.500 manifestants ont défilé dans les rues de France, la plus faible participation depuis l'acte I, selon le ministère de l'Intérieur.

11H51
A Paris, les manifestants se rassemblent devant le cimetière du Père Lachaise. Le cortège doit rejoindre le Sacré Coeur.

11H48
Le préfet de police de Paris a déploré samedi matin le retour au principe des manifestations non déclarées de gilets jaunes dans la capitale et a prévenu d'une «réaction ferme» en cas de débordements lors de l'acte 28 de ce mouvement social inédit. «Malheureusement il semble qu'une partie des gilets jaunes a décidé de ne pas déclarer de manifestation», a commenté Didier Lallement venu saluer policiers et gendarmes mobilisés sur le dispositif de maintien de l'ordre au niveau du rond-point de l'Etoile à Paris.

25 MAI
10H58
Rumeurs d'intoxication au cyanure par les gaz lacrymogènes, faux street medics se déclarant être de vrais médecins : des prises de sang sauvages ont été pratiquées lors de manifestations de «gilets jaunes», provoquant l'inquiétude des spécialistes de santé.
Selon deux personnes contactées par l'AFP, qui ont organisé ces prélèvements, ils ont eu lieu lors des manifestations du 20 avril et du 1er mai à Paris, dans le but de «prouver une intoxication au cyanure causée par une exposition prolongée aux gaz lacrymogènes».

09H42
Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a multiplié jeudi soir les attaques contre Marine Le Pen et appelé les électeurs «fâchés» du Rassemblement national - «gilets jaunes» en tête - à «ne pas jouer contre eux-mêmes». «Pour nous, cela reste un objectif de rallier à nous ces gens à qui on dit : 'Bien-sûr vous êtes fâchés, mais ne faites pas les fachos parce que vous jouez contre vous-mêmes'», a-t-il lancé lors d'un meeting pour les européennes près de Lyon, reprenant son antienne de campagne «fâchés mais pas fachos». Selon lui, la présidente du Rassemblement national n'est présente ni sur les thèmes écologiques, ni sur le social, notamment à l'Assemblée.

JEUDI 23 MAI
12H19
Mercredi après-midi, un jeune homme de 25 ans a été condamné à 18 mois de prison par le tribunal correctionnel de Nice pour son comportement dangereux face aux forces de l’ordre et sur la route, rapporte Nice-Matin. C’est lors d’une manifestation de «gilets jaunes», groupe auquel il revendique appartenir, que l’Azuréen a commis les délits. Alors qu’une opération de blocage était en cours au péage Saint-Isidore sur l’autoroute A8, il a forcé le contrôle des gendarmes.

MERCREDI 22 MAI
11H45
Le roi des forains Marcel Campion a fait savoir qu’il invitait les gilets jaunes et leur famille ce mercredi 22 mai à la foire du trône à Paris de 12H à 18H. Dans le même temps, des forains comptent bloquer le périphérique parisien ce mercredi ainsi que jeudi, pour protester contre une directive européenne qui prévoit de soumettre les fêtes foraines à un appel à concurrence.
Une deuxième journée de contestation devrait avoir lieu jeudi, toujours avec comme point de départ la Foire du Trône mais avec comme point d’arrivée l’Elysée. Quelque 1 000 motards forains en Harley Davidson devraient se joindre au cortège pour exprimer leur colère et alerter le chef de l’Eta

MARDI 21 MAI
11H52
Francis Lalanne, qui conduit la liste «Alliance jaune» pour les européennes, mise sur «l'union sacrée de gilets jaunes» pour ne pas avoir à choisir entre «le système et le système», c'est-à-dire Emmanuel Macron et Marine Le Pen, «deux manipulateurs qui veulent écraser le peuple».

Plafonnant à environ 1% dans les sondages, qui sont «souvent manipulés» selon lui, le chanteur a appelé mardi les abstentionnistes à se mobiliser pour permettre aux «gilets jaunes» d'entrer dans «la citadelle» du pouvoir dimanche.

10H46
Poursuivi pour avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut en marge d'une manifestation de «gilets jaunes» à Paris en février, une qualification qu'il conteste, un trentenaire sera jugé mercredi à Paris.

Cité à comparaître par le parquet de Paris, le prévenu âgé de 36 ans devra répondre d'«injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion» devant la 17e chambre du tribunal correctionnel.

Sauf constitution de partie civile de dernière minute, l'académicien, qui n'a pas porté plainte, devrait être absent à l'audience.

MARDI 20 MAI
23H22
Une enquête préliminaire a été ouverte après des prélèvements sanguins effectués dans la rue sur des manifestants pendant des rassemblements de gilets jaunes. Cette enquête a été ouverte jeudi pour «violences volontaires aggravées» et «mise en danger de la vie d'autrui», a précisé le parquet.

Contacté par l'AFP, Renaud Fiévet, qui se présente comme médecin anesthésiste originaire de Belgique, a affirmé avoir organisé ces prises de sang «sur une quinzaine de manifestants» pour vérifier une potentielle «intoxication au cyanure causée par une exposition prolongée aux gaz lacrymogènes» tirés par les forces de l'ordre. Selon lui, ces prélèvements ont été pratiqués lors des manifestations du 20 avril et du 1er mai à Paris.

Les prélèvements ont été faits «dans le respect des protocoles», à l'initiative d'un groupe composé de deux médecins et un docteur en biologie, a affirmé M. Fiévet. «Des ordonnances ont été établies pour ces prélèvement et les personnes prélevées ont signé un consentement écrit», a-t-il précisé.

Début mai, un groupe de street medics, des bénévoles qui apportent les premiers soins en cas de blessures pendant les manifestations, avait dénoncé ces pratiques considérées comme «dangereuses», ainsi que «l'usurpation du terme et des couleurs de street-médics».

Dimanche 20 mai

11H47
A six jours des élections européennes, Emmanuel Macron monte au front ce lundi 20 mai avec un entretien à la presse régionale pour lancer le sprint final d'une campagne qui se durcit à l'approche du scrutin.

Les différentes listes -34 au total, un record- vont chercher à galvaniser leurs troupes lors des derniers meetings, au bout d'une campagne plutôt atone, brouillée par la crise des «gilets jaunes» et la sortie du grand débat. L'abstention, qui frôle la barre des 60% dans les sondages, sera une nouvelle fois «le premier parti de France».

SAMEDI 19 MAI

19H02
Selon le ministère de l'Intérieur, 15.500 manifestants se sont mobilisés dans toute la France. C'est la plus faible participation depuis le début du mouvement. 1.600 personnes ont défilé à Paris. Le comptage des autorités est contesté par les gilets jaunes, qui ont dénombré près de 41.000 manifestants.

18H35
Le cortège parisien des gilets jaunes est arrivé en fin d'après-midi au pied du Sacré-Coeur, en haut de la butte Montmartre.

17H07
A 14 heures, le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 2.800 manifestants en France, dont 1.100 à Paris. La semaine dernière à la même heure, ce chiffre était de 2.700 participants, dont 600 à Paris.

16H32
A Reims, plusieurs cortèges défilent ce samedi. Des tensions sont également apparues entre les manifestants et les forces de l'ordre qui ont riposté à des jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymogènes.

13H18
La préfecture de police de Paris a de nouveau pris un arrêté interdisant les manifestations dans les secteurs des Champs-Élysées, de la cathédrale Notre-Dame, incendiée mi-avril, et de l’Assemblée nationale. Comme chaque semaine, une dizaine de stations de métro et de rues sont ainsi fermées.

Un appel à manifester sur «la plus belle avenue du monde» a toutefois été lancé sur Facebook, une manifestation axée cette fois sur la lutte contre le glyphosate, alors que se tient ce week-end la Marche annuelle mondiale contre le groupe Monsanto.

VENDREDI 17 MAI
18H42
Emmanuel Macron a jugé vendredi que le mouvement des «gilets jaunes» n'avait «plus de débouché politique», appelant «au calme» ceux qui continuent à manifester et les invitant à voter, voire à se présenter aux élections, six mois après le début de cette contestation sociale.

«Je considère pour ma part que j'ai apporté des réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement, à la fois le 10 décembre et dans la conférence de presse que j'ai donnée. Je crois que (pour) celles et ceux qui continuent aujourd'hui (à manifester), il n'y a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part de travail, maintenant chacun doit aller, voter aux élections, et quand il porte des idées, se présenter aux élections», a-t-il ajouté, lors d'un déplacement à Biarritz.

17H58
Pour cet acte 27, des «appels nationaux» ont été lancés pour se rassembler à Reims et Nancy après deux samedis marqués par un recul de la mobilisation, tombée à ses plus bas niveaux depuis le début du mouvement le 17 décembre.

A Paris, plusieurs rassemblements concurrents sont prévus, dont un au départ de la Défense pour finir à Montmartre. Un autre envisage de défiler sur les Champs-Élysées mais l'avenue est, depuis plusieurs semaines, interdite à la manifestation.

Devant cet éparpillement des défilés et des mots d'ordre dans la capitale, Éric Drouet, une des figures du mouvement, a appelé dimanche dans une vidéo à «arrêter les cortèges à thème», qu'il trouve «de plus en plus ridicules».

D'autres rassemblements sont prévus, par exemple à Besançon ou à Saint-Nazaire, où la préfecture a pris un arrêté interdisant la manifestation non déclarée des "gilets jaunes» dans le centre-ville.

A Lyon, les «gilets jaunes» ont décidé de manifester sans se déclarer.

15H05
Les présidents des commissions des Affaires sociales et des Lois du Sénat demandent à la ministre de la Santé Agnès Buzyn de s'expliquer sur les accusations de «fichage» des «gilets jaunes» à l'hôpital, selon un communiqué publié vendredi.

Dans un courrier commun adressé à la ministre, les sénateurs LR Alain Milon et Philippe Bas lui demandent «de faire la lumière sur la réalité du recueil de données lors d'admissions hospitalières consécutives à des manifestations sur la voie publique dont l'exploitation est susceptible de porter atteinte à la liberté individuelle».

Ils demandent également à la ministre «d'indiquer les actions que le ministère et les organismes placés sous sa tutelle ont entreprises pour mettre fin à cette situation si elle était avérée».

L'utilisation du fichier SI-VIC, tenu dans les services d'urgence, pour les «gilets jaunes», révélée mi-avril par Le Canard Enchaîné, avait conduit l'un des manifestants concernés, blessé à Paris en février, à annoncer une plainte pour fichage «illicite».

13H48
Le mouvement des «gilets jaunes» a eu «moins d'incidence» sur l'attractivité de la France pour les investisseurs que Bruno Le Maire l'aurait cru, a admis le ministre de l'Economie, en visite au salon international des start-up Vivatech vendredi.

«Je constate que ça a moins d'incidence que ce que j'aurais cru d'ailleurs moi-même», a-t-il déclaré au sujet du mouvement social lancé il y a six mois.

Les blocages et manifestations ont beaucoup affecté les commerces des centres-villes et coûté 0,2 point de croissance (soit 4 milliards d'euros) à l'économie française d'après le ministère. Mais «la crise de gilets jaunes n'a pas eu d'impact sur l'attractivité de la France, on le mesure avec des indicateurs très précis», a assuré Bruno Le Maire.

JEUDI 16 MAI
22H09
Le meeting du ministre de la Transition écologique François de Rugy à Gaillac dans le cadre de la campagne pour les élections européennes, a été perturbé par une centaine de «gilets jaunes», a constaté un correspondant de l'AFP. Les manifestants ont entonné des chants hostiles au gouvernement et au président de la République, empêchant l'intervention du ministre sur le thème «l'Europe l'écologie».

17H03
Les commerçants du centre de Montpellier ont regretté jeudi ne pas bénéficier des fonds supplémentaires accordés par l'État aux centre-villes après les manifestations de «gilets jaunes», pointant la responsabilité du maire Philippe Saurel.

Matignon a annoncé mercredi un renforcement de son fonds de soutien aux commerçants des centres-villes affectés ou dégradés par les manifestations de «gilets jaunes», pour lequel 34 communes ont été retenues, mais pas Montpellier.

La ville n'a pas déposé de dossier dans le cadre de l'appel à projets lancé par le gouvernement alors que «de nombreuses dégradations ont été déplorées chez les commerçants», a regretté auprès de l'AFP Alain Simon, président de l'association des commerçants du centre-ville : «Ne pas pouvoir bénéficier de ces aides, c'est n'importe quoi !».

MERCREDI 15 MAI
20H48
Ce mercredi 15 mai, Francis Lalanne était en visite en Vendée dans le cadre de la campagne des élections européennes du 26 mai prochain. Il est la tête de la liste «Alliance jaune, la révolte par le vote». Le chanteur est allé à la rencontre des Gilets jaunes en différents lieux du département.

17H46
Trois «gilets jaunes» ont été condamnés mercredi à Besançon à des amendes - une ferme, deux avec sursis - pour outrage après avoir crié «Castaner assassin» au ministre de l'Intérieur lors d'une visite dans la ville en mars, a-t-on appris auprès de leur avocat.

Deux d'entre eux, un représentant syndical FO et son épouse, ont été condamnés à 1.500 euros d'amende avec sursis, a indiqué Me Jean-Michel Vernier, précisant que le couple allait faire appel de sa condamnation.

Le troisième a écopé de 1.000 euros d'amende qu'il devra payer, «son casier judiciaire lui interdisant de bénéficier d'un sursis», a ajouté Me Vernier qui ne pouvait pas encore indiquer s'il allait interjeter appel.

Les trois ont en revanche été relaxés des faits de rébellion, selon leur conseil, qui avait plaidé la relaxe lors du procès le 29 avril devant le tribunal correctionnel de Besançon qui jugeait les trois «gilets jaunes» pour outrage envers le ministre de l'Intérieur.

16H07
Geneviève Legay, une manifestante de 73 ans blessée dans une charge de police lors d'un rassemblement interdit des «gilets jaunes» le 23 mars à Nice, est rentrée chez elle après près de deux mois d'hospitalisation, a annoncé mecredi Attac, dont elle est militante.

«Elle est sortie de l'hôpital à 13h et est rentrée à son domicile. Elle marche mais n'est pas autonome : elle est donc sortie mais pas totalement retapée», a indiqué à l'AFP Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France.

«Je ne bouge pas du fauteuil car j'ai froid et je suis très fatiguée, mais je ne suis pas quelqu'un à supporter d'être malade et dès que j'irai bien, je reprends la rue», a déclaré à l'AFP Mme Legay, regrettant de ne pas pouvoir manifester ce mercredi avec Attac à Cap d'Ail, contre le Salon international de la propriété de luxe à Monaco, surnommé par ses détracteurs «le salon de l'évasion fiscale».

La militante a eu plusieurs côtes cassées et des fractures au crâne, après avoir été poussée par un policier qui dispersait avec ses collègues un rassemblement interdit à Nice le 23 mars, seul week-end où les manifestations de «gilets jaunes» étaient interdites en raison de la venue du président chinois et de la crainte des casseurs. C'est aussi le seul week-end où il y a eu des heurts à Nice. Le samedi suivant, la mairie avait obtenu une nouvelle interdiction pour préserver l'attractivité commerciale et touristique de la ville.

MARDI 14 MAI
22H38
Les «gilets jaunes» se sont invités mardi à la tribune du congrès de la CGT à Dijon, où les militants ont critiqué l'ambiguïté de leur dirigeant Philippe Martinez et ont réclamé d'«aller au devant» de ce «surgissement d'en bas» qui les a dépassés.

We Love Green est-il vraiment vert ?

Le festival parisien qui débute aujourd'hui dans le Bois de Vincennes est l'un des rassemblements musicaux les plus écolos.
Voilà plusieurs années déjà que les festivals de musique essayent de diminuer leur impact sur la nature (tri, recyclage, produits locaux et bio, énergies renouvelables...) Créé en 2011, We Love Green est un des pionniers de l'écologie festive. Sa fondatrice, Marie Sabot, prouve que l'on peut profiter de concerts en plein air tout en respectant l'environnement. Lancé d'abord à Paris dans le Parc de Bagatelle, le raout musical a depuis migré vers le Bois de Vincennes tout en poursuivant sa démarche écoresponsable. Lors de cette édition 2019, pour alimenter en énergie les 11 hectares du site le festival va notamment tester deux nouveaux bio-carburants à base huiles alimentaires usagées et de colza et des bâches en panneaux solaires flexibles.
Pour compenser ses émissions de gaz à effet de serre, We Love Green plantera 80 000 arbres (soit un arbre par festivalier) à Madagascar, en Indonésie et en Ouganda. Côté coulisses, le festival engage les artistes à respecter les consignes de tri, à ne pas utiliser de plastique (vaisselle compostable) et à compenser les émissions liées à leur transport. Au-delà de l'action, la manifestation invite aussi à la réflexion avec plusieurs conférences sur le thème du climat avec, entre autres, Pierre Larrouturou, économiste et initiateur du projet Banque européenne pour le Climat, Damien Carême, maire de Grande-Synthe (Nord), auteur d'une plainte contre l'État pour inaction climatique, Cyril Dion, auteur et réalisateur du film Demain, Pablo Fajardo, l'avocat équatorien de la class action contre Chevron-Texaco pour désastre écologique en Amazonie...

Et la musique dans tout ça ? Le festival écolo n'apprécie les poids lourds que sur son affiche. Cette année, débarqueront dans le Bois de Vincennes : Booba, Tame Impala, Aya Nakamura, Christine and the queens, Future, Erykah Badu, Rosalia, Vald, Columbine, Laurent Garnier... Côté programmation, We Love Green joue aussi la carte verte, avec de nombreuses jeunes pousses très prometteuses comme Lolo Zouaï, Johan Papaconstantino ou Requin Chagrin. Sachant que la plus verdoyante de tous les artistes invités les 1er et 2 juin est la grande Calypso Rose, qui ne compte que 79 printemps.

Prévisions météo : l’été s’annonce plus chaud que la normale

Ce week-end est comme un avant-goût du temps à venir. S’il n’est pas possible de prévoir la température au degré près, il fera plus chaud que d’habitude en juillet et en août, prévient Météo France.
Rappelez-vous, la torpeur de l’été dernier quand on se réfugiait à l’intérieur ou à l’ombre fuyant le dard du soleil. L’été 2018 a battu des records, deuxième plus chaud en France après 2003. Celui qui arrive devrait suivre le même chemin. Il démarre d’ailleurs en fanfare dès ce week-end. On va passer la barre des 30 degrés dans de nombreuses villes du pays : à Bordeaux, Toulouse, Montélimar, Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Nevers, Tours, Angers…

À l’occasion du premier jour de l’été météorologique qui démarre le 1er juin, Météo France a publié ses prévisions saisonnières, sorte de vision d’ensemble de ce que le ciel nous prépare. « Les différents modèles s’accordent plutôt sur le fait qu’il fera plus chaud que d’habitude en juillet et en août parce que des conditions anticycloniques devraient dominer la période sur la France, et une grande partie de l’Europe », résume Emmanuel Demaël, prévisionniste pour Météo France.

LIRE AUSSI >«Les prévisions saisonnières sont de plus en plus fiables»


Ne vous imaginez pas pour autant glisser vos orteils dans des tongs immédiatement et pour les trois prochains mois. « En juin, prévient Guillaume Séchet responsable du site Meteo-paris.com, après l’épisode de ce week-end, les températures devraient redevenir de saison et on devrait connaître l’habituelle alternance d’épisodes pluvieux et de séquences estivales. »

Mieux vaut être juillettiste qu’aoûtien
Et ensuite ? Mieux vaut être juillettiste qu’aoûtien, semble-t-il. « Juillet sera plus chaud et plus sec qu’août », prédit l’expert. « Dans les faits, ce genre de phénomène peut se traduire par des séquences où l’on atteint les 30 °C tous les jours à Paris, par exemple, avec des pics à plus de 35 °C ici et là en France. »


Selon un des modèles les plus répandus (« le scénario européen »), cet été pourrait même être très, très chaud. Alors faut-il d’ores et déjà redouter une canicule ? Impossible à dire. Ces pics de chaleur ponctuels qui ne retombent pas pendant la nuit ne peuvent être anticipés que quelques jours à l’avance.

« En revanche, l’empreinte du réchauffement climatique sur cette série d’étés au-dessus des normales est de moins en moins contestable, souligne Stéphane Nedeljkovitch, prévisionniste chez MeteoNews. Il faudrait une éruption volcanique majeure pour renverser cette tendance de fond. »

Temps plus humide en Grèce et en Turquie
L’été dernier, la côte ouest, notamment la Bretagne et la Normandie, avait accueilli des flots de touristes en quête d’air frais et d’océan où faire retomber la température. Mais les professionnels du tourisme hésitent aujourd’hui encore à se frotter les mains.

« Parce que les Français ont les yeux rivés aux bulletins météo de dernière minute, souligne Marie Gabrielle Gouelleu à l’Umih (Union des métiers et des industries hôtelières) Bretagne. Prenez ce pont de l’Ascension, la semaine dernière mes adhérents avaient leur carnet de réservations vide. Finalement ils font tous le plein ! »

Si vous avez prévu de passer vos congés à lézarder sur les îles grecques, glissez tout de même un imperméable dans votre sac. « La Grèce et la Turquie devraient connaître un temps plus humide qu’à l’accoutumée un peu comme on a connu en mai en France », signale en effet Emmanuel Demaël.

Espagne : de la prison pour un youtubeur qui avait humilié un sans-abri

Kan-Hua Ren, alias ReSet, avait donné des biscuits au dentifrice à sa victime et avait tenté plus tard de la dissuader de porter plainte.
Une blague de mauvais goût. Un youtubeur espagnol a été condamné pour avoir humilié dans une de ses vidéos un sans-abri de Barcelone en lui offrant des biscuits fourrés avec du dentifrice, a annoncé la justice vendredi.

Kan-Hua Ren, alias ReSet sur le site de partage de vidéos, a été condamné en première instance par un tribunal de Barcelone à quinze mois de prison, la fermeture pour cinq ans de ses chaînes et 20 000 euros d'indemnisation à sa victime. Les peines de prison de moins de deux ans sont généralement assorties d'un sursis en Espagne, en l'absence d'antécédents judiciaires.

Selon le tribunal, il s'est rendu coupable d'atteinte à l'intégrité morale dans sa vidéo publiée en janvier 2017 sur sa chaîne et retirée depuis. Il avait 19 ans à l'époque.

"Ça l'aidera à se laver les dents"
"Défié" par l'un de ses abonnés, il se filmait en train de retirer la crème à l'intérieur de biscuits industriels pour la remplacer par un dentifrice, puis aller "l'offrir", accompagné d'un billet de 20 euros, à un mendiant roumain.

"Je suis peut-être allé un peu loin, mais voyez le côté positif, ça l'aidera à se laver les dents, je ne crois pas qu'il se soit beaucoup lavé les dents depuis qu'il est devenu pauvre", lance-t-il ensuite à ses abonnés. Sa victime a été prise de vomissements, note la juge dans sa décision, datée du 29 mai.

Devant le scandale provoqué par sa vidéo, bien au-delà de sa chaîne, il en a publié une nouvelle, dans laquelle il retournait voir le sans-abri et lui redonnait 20 euros. "Si je l'avais fait avec une personne normale, personne ne dirait rien, mais comme c'est un clochard les gens se plaignent", tentait-il de se justifier dans un message accompagnant sa vidéo.

Il tente d'empêcher la plainte du sans-abri
Celui qui faisait à l'époque partie des 200 vidéastes les plus influents du monde hispanophone sur YouTube, comme l'a relevé la police, a ensuite tenté d'empêcher sa victime de porter plainte en échange de 300 euros et d'une nouvelle vidéo où il passerait la nuit avec lui.

Les policiers ont en outre relevé qu'il s'en prenait à d'autres personnes vulnérables sur d'autres vidéos de sa chaîne, qui lui rapportait de l'argent via la publicité.


"Je fais des choses pour faire le show, les gens aiment ce qui est morbide", s'est-il défendu devant le tribunal. Vendredi, les deux chaînes du vidéaste, dépassant respectivement les 1,2 million et 250 000 abonnés, étaient toujours en ligne.

les infos de mai la Suite